Né le 9 mars 1912 à Iasi (Roumanie), présumé massacré le 17 ou 18 août 1944 à Bron (Rhône) ; employé de cinéma ; victime civile.

Aurel (dit Henri) Aisenberg était le fils de Josef-Berr Aisenberg et de Ghitla Kohana. Le 3 avril 1941, il se maria avec Hélène Felzensztajn à Paris (XVIIe arr.). Aurel Aisenberg était employé de cinéma.
Les époux Aisenberg se réfugièrent à Valence (Drôme). Ils habitèrent 310 avenue Victor Hugo à partir de novembre 1941. Aurel Aisenberg vivait sous la fausse identité d’Henri Perel.
Le 24 mai 1944, identifié comme juif, il fut arrêté à son domicile, à Valence, sous l’identité d’Henri Perel. Conduit à la prison de Montluc (Lyon, Rhône), il fut incarcéré dans la « baraque aux Juifs ».
Le 14 août 1944, eurent lieu des bombardements sur la base aérienne de Bron (Rhône). Devant l’ampleur des dégâts, les Allemands décidèrent de faire travailler sur le camp d’aviation des détenus juifs de la prison de Montluc. Le 17 août, 50 prisonniers juifs furent extraits de la « baraque aux Juifs » et conduits à Bron. Ils furent contraints de rechercher, d’extraire et de désamorcer des bombes non éclatées. Vers 12h, l’un des détenus réussit à s’évader. A la fin de la journée, les Allemands exécutèrent par balles les 49 autres prisonniers au-dessus de trois trous d’obus. Le lendemain, 18 août, 23 détenus juifs de Montluc, dont les derniers prisonniers juifs de la « baraque aux Juifs » (20 au moins), furent conduits sur le terrain d’aviation de Bron et subirent le même sort. Après avoir travailler à déterrer et désamorcer des bombes non explosées durant la journée, ils furent exécutés par balles au-dessus d’un trou d’obus.
En septembre 1944, cinq charniers furent découverts sur le terrain d’aviation de Bron. Le corps d’Aurel Aisenberg ne fut pas identifié parmi les victimes retrouvées. Certaines sources indiquent qu’il aurait été fusillé le 20 août 1944 à Montluc mais, étant donné qu’il était détenu dans la « baraque aux Juifs » au moment où la totalité de ses prisonniers juifs furent conduits à Bron, il est vraisemblable qu’il fut l’une des victimes du 17 ou du 18 août 1944.
Son nom apparaît sur le monument aux morts 1939-1945 de Valence.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier d’Aurel Aisenberg. — Arch. Dép. Rhône, 3335W29, 3335W12, 3460W1, 3808W866, 31J66. — Arch. Dép. Drôme, 132J30, 132J1.— Bulletin de l’Association des Rescapés de Montluc, N°18, mai 1946.— Bulletin de l’Association des Rescapés de Montluc, N°23, octobre 1946.— Pierre Mazel, Mémorial de l’oppression, fasc. 1, Région Rhône-Alpes, 1945. — Notes de Robert Serre. — Monument aux morts Valence. — Mémorial Genweb.

Jean-Sébastien Chorin

Version imprimable de cet article Version imprimable