Né le 5 septembre 1917 à Paris (VIIIe arr.), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; ingénieur agronome ; résistant réseau SR Alliance.

Roland Seydoux était le fils de Charles Édouard Georges, industriel, âgé de 48 ans et de Louise Pauline Krug, âgée de 42 ans et le neveu de Albert Seydoux, député du Nord. Il était célibataire.
Il fut élève de l’École Nationale d’Agriculture de Grignon (actuellement Yvelines) dont il fit partie de la Promotion 1937. Il en sortit ingénieur agronome, Stagiaire à la ferme des Anglais, à Reims (Marne), il entra dans la Résistance en janvier 1943 comme chargé de mission de troisième classe de la DGER (Direction générale des études et de la recherche), avec le grade de sous-lieutenant. Il devint membre du réseau Alliance sur la région Est, secteur forteresse à Autun (Saône-et-Loire) , matricule " K 13", où il fut agent de renseignement pour la région Est (secteur d’Autun) et adjoint de Paul Mengel*, chef de la région "Forteresse".
Arrêté le 1er décembre 1943, il fut interné à la prison de Dijon et déporté le 17 mars 1944 sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva par le convoi du 29 avril 1944 et il fut emprisonné au block 10 avec les autres membres masculins du réseau.
Devant l’avance alliée les 106 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Roland Seydoux, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.
Il obtint la mention "Mort pour la France" le 18 décembre 1946.
Son nom figure sur le monument aux martyrs de la Résistance, à Reims (Marne), sur le monument commémoratif de l’Institut national agronomique de Paris-Grignon, sur la plaque commémorative apposée sur la façade de son domicile, 36 bis boulevard Lundy, à Reims (Marne) et sur la plaque commémorative du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).
Sources

SOURCES : Dossier DAVCC Caen P 155765 communiqué par Delphine Leneveu.— Marie-Madeleine Fourcade "L’Arche de ¨Noé", Fayard 1968.— Auguste Gerhards "Tribunal de guerre du 3e Reich", Archives historiques de l’armée tchèque, à Prague, Le Cherche Midi, 2014 — "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. tome 2.— Mémorial de l’Alliance, 1948.— Site Internet Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof".— Mémorial GenWeb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable de cet article Version imprimable