Né le 12 juillet 1925 à Guise (Aisne), exécuté sommairement ou tué au combat le 24 ou 25 juillet 1944 à Harly (Aisne) ; résistant FTPF-FFI

Âgé de 18 ans et domicilié à Guise (Aisne), Louis Maret faisait partie du maquis de Mennevret (Aisne), quand il fut blessé au cours d’une échauffourée avec les services de police allemande à Saint-Quentin. Jean Lamant fut l’autre victime.
Son nom figure sur la stèle aux victimes du nazisme et le monument aux morts de Guise. Louis Maret fut homologué FFI (GR 16 P 393345) et reconnu « mort pour la France » (AC 21 P 82372) à titre militaire (FFI « tué au combat »).
Sources

SOURCES. SHD, dossiers adm. résistants. — Sites Internet : Généalogie Aisne ; Mémoire des hommes.

Frédéric Stévenot

Version imprimable