Né le 22 mai 1924 à Bucy les Pierrepont (Aisne), mort le 28 ou 30 août 1944 à Saint-Quentin (Aisne) ; résistant FFI.

André Carlier aurait été assassiné par la Gestapo dans la prison de Saint-Quentin (Généalogie Aisne). Il fut reconnu « Mort pour la France à titre militaire (AC 21 P 38472), sans autre précision. Il fut homologué FFI et DIR (GR 16 P 106992), cette dernière mention indiquant qu’il fut au moins capturé.
Le nom d’André Carlier figure sur le monument aux morts et la stèle aux victimes du nazisme de Guise.
Sources

SOURCES. SHD, dossiers adm. résistants. — Sites Internet : Généalogie Aisne ; Mémoire des hommes.

Frédéric Stévenot

Version imprimable