Né le 18 mars 1922 à Hombourg-Haut (Moselle), mort en action le 4 août 1944 au Vigeant (Vienne) ; employé des postes ; résistant, maquis AS de la Vienne.

Joseph Alix était le fils de Joseph Alix et de Sophie Gaspard. Il était avant 1939 domicilié avec ses parents à Hombourg-Haut en Moselle, au nord de Saint-Avold, à proximité de la frontière allemande. Hombourg-Haut fit au début du mois de septembre 1939 partie des communes de Moselle, situées en « zone rouge » (en avant de la ligne Maginot) évacuées selon un plan prévu à l’avance, lors de la déclaration de guerre. La population d’Hombourg-Haut avec la totalité des habitants du canton de Saint-Avold, fut repliée vers des communes du département de la Vienne au sud-est de Poitiers, dans le triangle Couhé – Civray – L’Isle-Jourdain. A l’automne 1940, la plus grande partie de la population mosellane déplacée regagna les communes d’origine, par choix mais aussi parce que le rapatriement des réfugiés Mosellans revêtait pour l’occupant allemand une grande importance idéologique et économique. Certains choisirent de rester dans la Vienne ou ne purent rentrer (repoussées par les autorités allemandes). Dans le cas de Joseph Alix, on peut formuler l’hypothèse que, s’il est retourné en Moselle, il fut après son retour rapidement menacé vu son âge par les réquisitions de main d’œuvre allemande (Reichsarbeitsdienst - RAD) et par la mobilisation dans l’armée allemande. S’il n’était pas resté dans la Vienne (ce qui reste à confirmer) il revint s’y réfugier dans les communes d’accueil de 1939, où il avait vraisemblablement gardé des contacts. D’après son acte de décès, il était en 1944 employé des Postes, domicilié à Nérignac (Vienne), à quelques kilomètres au nord de l’Isle-Jourdain (il est par ailleurs inscrit sur le monument aux morts de Moussac, la commune voisine ce qui tend à confirmer que son lieu de refuge était dans ces communes). Joseph Alix s’engagea dans la Résistance et rejoignit un maquis de l’Armée Secrète de la Vienne, le maquis « Kleber E » de Kléber Guenault et Camille Jamet (instituteur à Payroux) appartenant au secteur D (commandant Blondel) et constitué en juillet 1944 avec une partie du maquis « Joël C » de l’AS devenu trop nombreux (le site Mémoire des Hommes le présente comme membre du maquis « Adolphe B » de l’AS qui intervint également le 4 août 1944 au Vigeant).
Il faisait partie d’un détachement qui se heurta à une colonne allemande (la section rapide SS n° 608 du 80e corps d’armée de la Wehrmacht, renforcée par des Feldgendarmes et des miliciens) à la sortie du Vigeant le 4 août 1944. En fin de matinée, vers 11h, la colonne allemande de répression fut attaquée par la Résistance à 3 km au sud du Vigeant au bois de Larreau Peu après, deux sections des maquis locaux de l’AS envoyées en renfort, furent interceptées lors de la traversée du Vigeant. Les maquisards surpris, tentèrent de sauter des camions mais six d’entre eux dont Joseph Alix pris sous le feu de l’ennemi furent tués au combat. Il fut ainsi l’une des six victimes de cet affrontement qui précéda de quelques heures la dévastation du bourg et le massacre de 34 autres civils et résistants par cette colonne allemande.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Moussac (Vienne) entre Nérignac et l’Isle-Jourdain et sur les plaques commémoratives du Vigeant.
Voir Le Vigeant (4 août 1944)
Sources

SOURCES : SHD GR 16 P 8081 — État civil, mairie du Vigeant (acte de décès registre 1944, n° 49) — Mémoire des Hommes — mémorial genweb.

Dominique Tantin, Michel Thébault

Version imprimable de cet article Version imprimable