Né le 25 octobre 1922 à Marnay (Haute-Saône), exécuté sommairement le 27 juillet 1944 à Saligney (Jura) ; élève-maître ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI), au maquis Panthère (Jura).

Camille Baudry était le fils de Camille Louis, agent de police, âgé de 31 ans et de Jeanne Henriette Noël, âgée de 25 ans, domiciliés à Paris, cette dernière résidant momentanément à Marnay. Il était célibataire et élève-maître.

Il s’engagea le 1er juillet 1944 dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI), au maquis Panthère, groupe Luc (capitaine Mercier), constitué à partir du 13 juin 1944 sur le mont de Vassange, au camp des "Belles Charmes", à Saligney (Jura). Il appartenait au groupe de l’aspirant Soudeille, avec le pseudonyme "Jones".

Le 27 juillet au matin le maquis fut encerclé par un détachement de la 157e division d’intervention allemande composé en majorité de cosaques de l’Armée Vlassov. Les maquisards s’opposèrent aux forces ennemies mais ils furent submergés par le nombre et vers 14h00 Camille Baudry et 12 de ses camarades durent se rendre aux allemands. Vers 15h30 Camille Baudry et plusieurs autres furent abattus à la mitraillette au lieudit "Aux Glaney".

Il est inhumé au carré militaire du maquis de Saligney.
Il obtint la mention "Mort pour la France" le 23 juillet 1945 et transcrite sur son acte de décès le 22 août 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif du maquis de Saligney.
Il reçut la Croix de guerre 1939-1945 à titre posthume.
Sources

SOURCES : Dossier AVCC 21P 704106.— André Besson, Les maquis de Franche-Comté, ch. 14, La tragédie de Saligney, pp. 165 à 188, éd. France-Empire 1998. — Mémorial GenWeb. — État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable de cet article Version imprimable