Né le 4 juillet 1902 à La Bazoge arrondissement Le Mans (Sarthe), tué le 11 juillet 1944 à Colombes (Seine, Hauts-de-Seine) ; « Mort pour la France ».

Fils d’Henri, Louis, Clément, ferblantier et de Eléonore, Marie, née Fouquet, sans profession, Georges Janin habitait Colombes (Seine, Hauts-de-Seine). Il fut tué le 11 juillet 1944 à son domicile 132 rue des Champarons à Colombes (Seine, Hauts-de-Seine).
Son corps a été emmené vers 16 heures 30 pour autopsie à l’Institut Médico-Légal à Paris, il arriva à 16 heures 30, autopsié le 14 juillet par le docteur Paul, celui-ci confirma la mort par balles.
Son inhumation se déroula dans le carré des fusillés au cimetière d’Asnières. La Municipalité d’Asnières donna son nom à une rue de la ville, « Rue Georges Janin 1902-1944 Asnières Fusillé par les nazis ». Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France ». Il n’a pas été homologué.
Sources

SOURCES : Arch. PPo. 109W 2, Registre de l’I.M.L. juillet 1944 n° 816. – SHD, Caen AC 21 P 55955. – Bureau Résistance GR 16 P 306164. – Site internet GenWeb. – État civil AD de la Sarthe 2E 26/31, vues 143-144.

Daniel Grason

Version imprimable