La commune de Pluvigner où seize patriotes ont été abattus ou massacrés par les Allemands en juin-juillet 1944 à Chanticooq et au Véniel, fait partie des nombreux lieux d’exécutions qui jalonnent le territoire du département du Morbihan.

La stèle de Chanticoq
« Fusillés ici par les Allemands le 28 juin 1944 »
La stèle du Véniel
« Ici le 21 juillet 1944 furent martyrisés par les Allemands 9 patriotes français »
Sur le monument aux morts communal de Pluvigner
« FFI-FTP 1939-1945 »
Le monumentaux morts cantonal de Pluvigner
Sur la stèle des Granges en Bieuzy-Lanvaux
SOURCE : Photos Husson
Au début du mois de juin 1944, le 2e Régiment de chasseurs parachutistes (RCP) ou 4e SAS (Special air service) des Forces françaises libres (FFL) fut largué dans le secteur de Plumelec-Sérent-Saint-Marcel-Malestroit (Morbihan). Sa mission était de fixer les troupes allemandes stationnées dans le Morbihan, afin d’empêcher ou au moins de retarder l’arrivée des renforts allemands sur le front de Normandie. Plusieurs milliers de résistants appartenant aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) et aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) furent regroupés et armés dans le camp de Saint-Marcel qui recevait chaque nuit des parachutages d’hommes, d’armes, de munitions et de Jeep. Le commandant Pierre Bourgoin, chef du 4e SAS et le colonel Morice, chef des FFI du Morbihan, établirent leur quartier général à la ferme de La Nouette située sur le territoire de la commune de Sérent. Dans la nuit du 17 au 18 juin 1944, considérant que cette concentration devenait très dangereuse et qu’il fallait plutôt privilégier la guérilla, le commandement interallié donna, mais trop tard, l’ordre de dispersion.
Le 18 juin 1944, le camp de Saint-Marcel où étaient stationnés un peu plus de deux mille FFI encadrés par deux cents SAS, fut attaqué en force par la Wehrmacht. Après avoir livré combat durant toute la journée en infligeant de lourdes pertes aux troupes allemandes, parachutistes SAS et FFI se replièrent en bon ordre et se dispersèrent.
Après cette dispersion, la Feldgendarmerie, la Wehrmacht appuyée par de nombreux détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens rassemblés dans les « unités de l’Est », les agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) et du SD (Sicherheitsdienst-service de sécurité de cla SS), ainsi que leurs auxiliaires français, les miliciens du Bezen Perrot et du Parti national breton, se lancèrent dans une traque implacable des parachutistes SAS, des FFI-FTPF, de leurs dépôts d’armes, et de tous ceux qui les hébergeaient et les ravitaillaient. Rafles, arrestations, tortures, et exécutions sans jugement de SAS et de résistants, incendies de fermes, pillages et massacres de civils se multiplièrent dans tout le département du Morbihan.

Chanticoq
Le 28 juin 1944, cinq résistants appartenant au 1er Bataillon FFI, Charles Allanic, Lucien Audran, Joseph Benabès, Joseph Le Guernevé et Jean Martin.furent surpris alors qu’ils étaient au repos dans le village de Bieuzy-Lanvaux en Pluvigner (Morbihan), et furent exécutés au lieu-dit Chanticoq.

Après la guerre, un monument a été érigé sur le lieu de leur exécution. Ce monument est constitué d’un petit obélisque, surmonté d’une Croix de Lorraine sculptée dans la pierre au-dessus de l’inscription :

« À la mémoire de
- ALLANIC Charles,Vannes
- BÉNABÈS Joseph, Landévant
- AUDRAN Lucien, Carnac
- MARTIN Jean, Grand-Champ
- LE GUERNEVÉ Joseph, Grand-Champ
Morts pour la France
Fusillés ici par les Allemands le 28 juin 1944 »

Dans le bourg de Pluvigner, leurs noms figurent sur la liste des « FFI-FTP 1939-1945 » du monument aux morts communal élevé près de l’église, place Notre-Dame des Orties.

Le Véniel
En juillet 1944, la ferme de la famille Le Tallec située sur le territoire de la commune de Pluvigner dans le Village du Véniel, servit de dépôt d’armes et de lieu de refuge pour les Forces française de l’intérieur (FFI). La 2e compagnie du 2e Bataillon FFI du Morbihan s’y installa sous le commandement du lieutenant FFI Louis Cosquéric, chef de la brigade de gendarmerie de Pluvigner qui avait rejoint le maquis en mai 1944 avec les gendarmes de la brigade.
Le 20 juillet 1944, apprenant que deux FFI n’étaient pas rentrés d’une mission, le lieutenant Cosquéric décida d’évacuer la ferme du Véniel à la tête d’une trentaine de maquisards. Un groupe de FFI revenus au Véniel dans la soirée pour y récupérer des armes, y demeura pour passer la nuit.
Le 21 juillet 1944 à l’aube, les agents du SD (Sicherheitsdienst-Service de sécurité de la SS) de Locminé (Morbihan) et des soldats russes appartenant à une « unité de l’Est » de la Wehrmacht, encerclèrent la ferme. Joseph Allanic, qui essaya de prendre la fuite, fut abattu. Les autres maquisards, Joseph Fayo, Vincent Fayo, Jean George, Julien Guhur, Raymond Hantz, Joachim Le Hénanff, ainsi que les deux fils des fermiers, Adrien Le Tallec et Jean Le Tallec, furent faits prisonniers, bâillonnés, atrocement torturés, puis massacrés. Ils furent jetés dans une étable que leurs bourreaux incendièrent. Ceux qui tentèrent d’échapper aux flammes furent repoussés à coups de fourche..

Après la guerre, un monument a été érigé au Véniel pour honorer leur mémoire. Il a la forme d’un petit obélisque surmonté d’une Croix de Lorraine et de deux drapeaux entrecroisés sculptés dans la pierre, au-dessus de l’inscription :

« Ici
Le 21 juillet 1944
Furent martyrisés par les allemands
9 patriotes français
- HANTZ Raymond, 30 ans
- ALLANIC Joseph, 45 ans
- FAYO Vincent, 35 ans
- FAYO Joseph, 43 ans
- GEORGES Jean, 22 ans (GEORGE Jean)
- GUHUR André, 21 ans (GUHUR Julien)
- LE HÉNANFF Joachim, 34 ans
- LE TALLEC Jean-Louis, 20 ans
- LE TALLEC Adrien, (18 ans) »

Au cours de cette même journée du 21 juillet 1944, les FFI Joseph Evenas et Pierre Ollichon furent arrêtés près du château de Kerlois, horriblement torturés et exécutés.

Le bourg
Dans le bourg de Pluvigner, leurs noms figurent sur la liste des « FFI-FTP 1939-1945 » du monument aux morts communal élevé près de l’église, place Notre-Dame des Orties.

Le monument cantonal aux FFI-FTP
Dans le bourg de Pluvigner, place Mainlièvre, se dresse un monument cantonal, constitué de trois stèles de pierre et dédié aux FFI-FTP des communes de Pluvigner, Landaul, Landévant, Brec’h et Camors.
La stèle centrale sur laquelle est sculptée dans la pierre une Croix de Lorraine entouré d’un V, porte l’inscription :

« 1944 - Aux FFI-FTP du canton de Pluvigner morts pour la France »<
Les noms des FFI-FTP sont gravés par lite alphabétique et par commune sur les deux autres stèles.

Stèle de gauche :
« Pluvigner
- ALLANIC Joseph (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- BOURGÈS Joseph
- FAYO Joseph (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- FAYO Vincent (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- GEORGES Jean (GEORGE Jean, massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- GUHUR André (en réalité GUHUR Julien, massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner))
- HANTZ Raymond (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- JARNO Joseph (fusillé à Saint-Avé le 21 avril 1944)
- JOSSELIN Joseph (décédé des suites de ses blessures le 13 juin 1944 à Vannes)
- L’HÉRIDAUD Raymond (exécuté le 21 juin 1944 à Gabit en Colpo)
- LE HÉNANFF Joachim (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- LE TALLEC Adrien (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- LE TALLEC Jean (massacré le 21 juillet 1944 au Véniel en Pluvigner)
- OLLICHON Pierre (exécuté le 1er août 1944 à Saint-Jean-Brévelay)
- PRIGENT Alexis (exécuté le 21 juin 1944 à Gabit en Colpo)

Landaul
- LE GLEUHER André (exécuté le 22 juillet 1944 à Colpo)
- LE MESTRE Victor (exécuté le 30 avril 1944 à Landaul)
- LE PALUD Eugène (exécuté le 30 avril 1944 à Landaul)

Stèle de droite

Landévant
- ALLAIN Joseph (fusillé le 30 juin 1944 à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine)
- BÉNABÈS Joseph (abattu le 28 juin 1944 à Chanticoq en Pluvigner)
- DAVOUST Charles
- LANDUREN Jacques (fusillé le 30 juin 1944 à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine)
- TRÉHIN Jean (fusillé le le 23 mai 1944 à Penthièvre)

Brec’h
- LE GOSLÈS Albert (exécuté le 16 juin 1944 à Sérent)
- LE HELLEC Francis (exécuté le 30 avril 1944 à Landaul)
- MOISAN Georges (MOIZAN Georges)
- RIO Henri

Camors
- LE BOT Pierre(exécuté le 22 juillet 1944 à Colpo)
- LE GAL Joachim (abattu le 17 juillet 1944 à Pluméliau)
- LE TONQUÈZE Louis » (mort au combat le 14 juillet 1944 à Pluméliau)

Les Granges de Bieuzy-Lanvaux
En 2004 a été inaugurée aux Granges de Bieuzy-Lanvaux, une stèle qui honore la mémoire de Pierre Annic. Originaire de Pluvigner, ce gendarme résistant en poste à Vimoutiers dans l’Orne, appartenait à l’Organisation civile et militaire (OCM). Il a été tué le 14 juin 1944 alors qu’il portait secours aux habitants de cette ville soumis à un bombardement allié. Cette stèle, érigée près de la maison familiale de Pierre Annic, porte l’inscription :

« À la mémoire
du S/Lieutenant de Gendarmerie
Pierre ANNIC
Héros de la Résistance
Les Granges 3-7-04
Vimoutiers (61) 14-6-44 »
Sources

SOURCES : Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Pluvigner ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56, sans date. — État civil, Pluvigner (actes de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable de cet article Version imprimable