Né le 27 novembre 1891 à Bergholtz-Zell (Haut Rhin), exécuté sommairement le 12 juin 1944 à Montierchaume (Indre) ; cimentier ; FFI.

Fils de François Chassignet, décédé et d’Emilie Rothenburger ; Jules Chassignet était cimentier, marié à Marie, Joséphine Siffert et domicilié aux Bacôts commune de Thenay (Indre) ; soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) du groupement Indre Ouest, Jules Chassignet fut grièvement blessé au combat le 10 juin 1944 à 19h aux Lorets, commune de Nuret-le-Ferron, lors de l’attaque du campement des maquisards par une colonne allemande ; il fut d’abord transporté, par les Allemands, à l’hôpital de Châteauroux (Indre), puis à la caserne Bertrand ; il fut abattu le 12 juin 1944 à 21h30, par la Gestapo, à Rosiers, commune de Montierchaume. « Mort pour la France » (juin 1964) ; déclaration d’Eugène Piot, maréchal des logis chef de gendarmerie de Châteauroux (Indre). Son nom est inscrit sur la stèle érigée en 1945, aux grands Lorets (date du 9 juin, erronée) entre Nuret-le-Ferron et La Pérouille, ainsi que sur la stèle érigée en 1946, sur la RN 151, 1km après Rosiers, en direction d’Issoudun.
Sources

SOURCES : G. Guéguen-Dreyfus et B. Lehoux, Résistance Indre et Cher, 1972. — Combats des maquisards Indre été 1944, ANACR-Indre, 2012. — N° 10 du registre des décès de Montierchaume et n° 24 du registre des décès de Saint Gaultier.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable