Dans ce bourg de Charente-Maritime, les Allemands massacrèrent neuf civils. Les combats et les exécutions sommaires firent une douzaine de morts parmi les maquisards du groupe Ricco

Ferrières est situé sur la RN 11, l’axe routier Niort-La Rochelle, stratégique pour le repli vers la poche de La Rochelle de troupes allemandes harcelées par les FFI.
Le 15 septembre, les Allemands perquisitionnèrent le bourg et menacèrent d’y mettre le feu. Dans la soirée, les Allemands partis, des FFI leur succédèrent. Mais le 16, les Allemands étaient de retour à Ferrières. En début de journée, ils massacrèrent le maire, Paul Chatelin, et huit autres civils. Le village fut dévasté et sept maisons du hameau de Chanteloup incendiées.
Dans l’après-midi, dans le bourg, des combats opposèrent le détachement allemand et des maquisards FFI-FTPF du groupe Ricco. Les pertes furent importantes de part et d’autre : environ trente morts et quatre blessés du côté de la Wehrmacht, une douzaine de morts chez les FTP, dont plusieurs prisonniers martyrisés : « l’un d’entre eux est retrouvé la gorge tranchée, deux les poings liés et le crâne défoncé. »
À l’issue du combat, les Allemands quittèrent définitivement Ferrières et se replièrent vers La Rochelle.
Voir treize notices biographiques dont les noms sont inscrits sur le monument aux Morts de Ferrières. Exclusivement des victimes civiles ?
Si vous possédez des informations et des documents sur ces victimes et sur les résistants abattus à Ferrières, merci de prendre contact avec le Maitron des Fusillés (voir page d’accueil).
Sources

SOURCES : Agnès Boizumeau, Les évènements de Ferrières, septembre 1944, AERI- CD-Rom La Résistance en Charente-Maritime, 2010. — Liste de massacres par les forces allemandes en France. — MémorialGenWeb.

Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable