Né le 17 novembre 1890 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), massacré le 24 juillet 1944 à Savigny-en-Septaine lors des massacres des puits de Guerry à Savigny-en-Septaine (Cher) ; victime civile juive ; commerçant.

Stèles d’hommage aux victimes des puits de Guerry, à Saint-Amand-Montrond
Cliché Michel Gorand
Fils de Raphaël Jeankelowitsch, tailleur d’habits de nationalité russe (de Bausch), et de Lara Dreyfus, Pierre Jeankelowitsch s’était marié le 29 avril 1919 à Vierzon-Ville (Cher) avec Fanny Blum. Le couple tenait le commerce Sivry, à Vierzon (Cher).
Pendant la Seconde guerre mondiale,ils furent victimes de la rafle des Juifs à Saint-Amand-Montrond (Cher) les 21-22 juillet 1944. Alors que la rupture imminente du front allemand de Normandie laissait prévoir une prochaine libération, la police allemande et la Milice française arrêtèrent et transportèrent à Bourges, dans la prison du Bordiot soixante-dix personnes représentant la quasi-totalité de la communauté israélite de Saint-Amand. Le 24 juillet, vingt-six hommes dont Pierre Jeankelowitsch furent extraits de la prison et emmenés dans une camionnette vers une destination inconnue. Un mois plus tard, grâce au récit du rescapé Charles Krameisen, on découvrit le drame des massacres des puits de Guerry dans lesquelles furent jetées vivantes 36 victimes, noyées et écrasées sous des blocs de pierre.
Le nom de Pierre Jeankelowitsch est gravé sur les plaques commémoratives de Saint-Amand-Montrond et de la ferme de Guerry ainsi que sur celle de la synagogue de Dijon (Côte-d’Or).
Sources

SOURCES : Cédérom AERI-Cher, Gérard Boursier et Jean-Claude Bonnin. — Actes du Colloque de Saint-Amand-Montrond, 8 juin 2005, communication de Jean-Yves Ribault . — Memorial Genweb. — État civil.

Annie Pennetier

Version imprimable