Né le 19 octobre 1906 à Celon (Indre) et mort à l’hôpital le 10 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse (Indre). Maçon. Lieutenant FTP. FFI.

Fils d’Eugène Defait, décédé et d’Amélie Brunaud ; Léon Defait était maçon, domicilié à Celon ; entré en résistance dès 1942 (distribution des tracts), il choisit les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) du groupe de Celon (où il était prénommé Lionel) ; il devint Lieutenant puis membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) ; il fut blessé grièvement vers 11 h, au carrefour de la route de Luzeret par les occupants allemands de la voiture venant de Limoges le 9 juin 1944 et transporté à la clinique du Dr Burguet, rue Ledru Rollin, où il mourut le 10 juin à 4h. Marié à Denise Robert. Déclaration de décès de Denise Robert, épouse. Reconnu « Mort pour la France » ; Son nom figure sur le Mémorial du 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse.
Le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse
Sources

SOURCES : n°63 du registre de décès d’Argenton-sur-Creuse. — G. Guéguen-Dreyfus, Résistance Indre et Vallée du Cher, Éditions sociales, 1970. — Pierre Brunaud, Argenton dans la guerre, 2008.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable