Née le 8 février 1931 à Laon (Aisne), massacrée par les Allemands le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse (Indre) ; écolière.

Fille de René, Nicolas, Adolphe Aubry et d’Hélène, Marie Cabaret, Gisèle Aubry était écolière.
Le 9 juin 1944, une compagnie allemande de la division « Das Reich » envahit Argenton vers 18 h. 30. Des soldats allemands pénétrèrent, à 19 h. 30, au domicile de ses parents, rue Victor-Hugo, route de Fontfurat à Argenton-sur-Creuse et tuèrent Gisèle, 13 ans, et sa mère, d’un tir de mitraillette, selon la déclaration de décès d’Henri Dechiron, ami de la famille. Nicole, la sœur de Gisèle, fut blessée, et mourut plus tard. Les sœurs et leur mère furent inhumées dans le cimetière d’Argenton.
Gisèle Aubry fut reconnue « Morte pour la France ». Son nom figure sur le mémorial du 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse. Une place de Laon porte le nom de la famille, près de la cathédrale.
Sources

SOURCES : n°62 du registre de décès d’Argenton-sur-Creuse. — Sites Internet : Mémorial GenWeb, notes Frédéric Stévenot.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable