Né le 21 mars 1888 à Valençay (Indre), massacré par les Allemands le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse (Indre) ; tapissier.

Fils de Louis Brisset et de Fanny, Françoise Avrillon, tous 2 décédés ; Maxime Brisset était tapissier, domicilié avenue Rollinat à Argenton ; le 9 juin 1944 une compagnie allemande de la division « das Reich » envahit Argenton vers 18h30 et des soldats allemands tuèrent, à 20h30, Maxime Brisset, près de chez lui, dans un immeuble où il s’était réfugié ; marié à Denise, Madelaine Loubry, un enfant ; déclaration de décès d’André Auclert, secrétaire de mairie et ami. Reconnu « Mort pour la France ». Son nom figure sur le Mémorial du 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse.


Le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse
Sources

SOURCES : n° 94 du registre de décès d’Argenton-sur-Creuse. — Alain Giévis et de Jean Louis Laubry, Été 1944. — Bulletin n°12 de l’ASPHARESD, 1996.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable