Né le 22 mars 1903 à Saint Privas (Corrèze), exécuté sommairement le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse (Indre) ; adjudant de gendarmerie.

Fils d’André Carmier et de Julie Nougein son épouse ; Paulin Carmier était adjudant de gendarmerie, domicilié avenue Rollinat à Argenton-sur-Creuse ; le 9 juin 1944 une compagnie allemande de la division « das Reich » envahit Argenton vers 18h30, Paulin Carmier fut arrêté par les Allemands en fin de journée et fusillé rue de Maroux à Argenton à 21h ; marié à Andrée Tourat, un enfant ; déclaration de décès d’André Auclert, ami et secrétaire de mairie. Reconnu « Mort pour la France ». Son nom figure sur le Mémorial du 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse ainsi que sur une plaque apposée sur le mur de la gendarmerie.


Le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse
Sources

SOURCE : n°75 du registre des décès d’Argenton-sur-Creuse.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable