Né le 27 juillet 1919 à La-Châtre (Indre), exécuté sommairement le 12 juin 1944 à Montierchaume (Indre) ; cultivateur ; FTP, FFI.

Fils de Vincent, Louis Pédard, décédé, et de Marie, Léontine Gilet. Pierre Pédard était cultivateur, célibataire, domicilié 5 faubourg des Mortais à La-Châtre ; membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI), d’origine Francs-Tireurs et Partisans (FTP), il quitta La-Châtre le 8 juin et se rendit au campement du maquis Armée Secrète (AS) de Sarzay (Indre) avant de rejoindre le maquis FTP de Georges Pirot à Jeu-les-Bois le 11 juin vers midi, où il s’installa avec ses camarades dans une maison abandonnée aux Laboureaux ; il fut fait prisonnier, le 12 juin 1944 dans l’après-midi, lors de l’attaque, par une colonne allemande conséquente, du maquis installé aux Laboureaux, commune de Jeu-les-Bois (Indre) puis emmené et fusillé le même jour, à 21h30 à Montierchaume. « Mort pour la France » (20 mars 1946). Déclaration de décès le 14 juin d’Eugène Piot, maréchal des Logis chef de gendarmerie de Châteauroux. Reconnu « Mort pour la France » (20 mars 1946). Son nom est inscrit sur la stèle érigée à « Les Laboureaux » au carrefour de D12 et D74a, sur la stèle érigée en 1946 à Montierchaume, sur la RN 151, 1km après Rosiers, ainsi que sur la plaque apposée au carrefour de rue des maquis et rue de Venôse à La-Châtre.

Jeu-les-Bois (le 12 juin 1944)
Sources

SOURCES : n° 9 du registre des décès de Montierchaume et n° 64 du registre des décès de La Châtre. — Georgette Guéguen-Dreyfus, Résistance Indre et vallée du Cher, 1970.

Michel Gorand

Version imprimable de cet article Version imprimable