Liquidation d’au moins 120 prisonniers de guerre soviétiques à Woipy, en Moselle annexée.

Cimetière de Metz-Chambière, stèle en mémoire des prisonniers soviétiques exécutés.
Crédit photo : Gérard Schutz.
Dans la panique générale qui précéda l’arrivée des Libérateurs américains, les Allemands décidèrent d’évacuer les camps situés à l’Ouest du Reich, en Moselle annexée. Le 28 août 1944, des prisonniers de guerre soviétiques du camp situé près de l’usine d’armement Hobus Werke embarquèrent dans un train en gare de Woippy vers 17h en direction de Sarrebruck. Surpris par une attaque aérienne alliée, le convoi se serait réfugié au nord de Metz, sur un terrain militaire.
La voie ferrée n’étant plus praticable, l’escorte SS venue du camp de concentration de Buchenwald (Allemagne) les aurait exécutés et enterrés sommairement dans les excavations provoquées par les bombardements. Ce n’est que le 2 avril 1963, lors de travaux pour le terrassement de l’autoroute Metz-Thionville, entre le pont Eblé et les cités du Chemin de la Moselle, que des engins mirent à jour trois fosses contenant au moins 120 cadavres. On découvrit quelques boutons d’uniformes russes attestant qu’il s’agissait bien de prisonniers soviétiques. Une stèle rappelle ce tragique évènement dans le cimetière de Metz-Chambière.
Sources

Sources : Philippe Wilmouth, L’évacuation du 4 septembre 1944, imprimerie Koehl, 1997, p.25 — Républicain Lorrain, 6 et 7 avril 1963 — Site MémorialGenWeb.

Philippe Wilmouth

Version imprimable de cet article Version imprimable