Né le 22 décembre 1902 à Rombas (Moselle annexée), mort sous la torture le 16 janvier 1944 au fort de Metz-Queuleu (Moselle annexée) ; ouvrier ; résistant en Moselle, responsable du groupe Parti-de Gaulle sous le pseudonyme de Capitaine Lecocq.

Joseph Derhan
Crédit photo : Ascomémo –Hagondange.
Pontonnier à l’usine de Rombas (Moselle annexée), domicilié à Mondelange (Moselle annexée), Joseph Derhan organisa un groupe d’opposants faisant référence à l’appel du général de Gaulle. L’acte d’accusation de membres du groupe jugés par le Volksgericht de Berlin en novembre 1944 permet de préciser les activités du groupe : « … Courant 1942, on remarque des tendances de résistance politique qui recevaient leur incitation des groupes gaullistes de France et de la propagande radiophonique ennemie. Joseph Derhan s’efforçait d’organiser les milieux francophiles pour ainsi disposer de troupes prêtes à l’action le jour de l’invasion des Anglo-Américains. C’est alors que devaient être prêts les membres du groupe de résistance afin d’aider au rattachement de la Lorraine à la France. Il était prévu d’occuper les bâtiments publics, d’arrêter les membres de la NSDAP ainsi que tous les membres des associations nationales-socialistes et de libérer les prisonniers politiques… Courant 1943, il réussit à gagner environ cinquante membres en majorité des ouvriers dans les usines mosellanes. Il donna le nom de « Parti de Gaulle » à son organisation... Il donnait en guise de carte de membres et contre le payement d’1RM des petits billets sur lesquels figuraient un chiffre et les lettres E.L.H.B. (Elsass-Lothringen Heimat-Bund), ligue de la Patrie d’Alsace-Lorraine ; Abstraction faite du recrutement, une activité efficace n’était pas encore déployée par les membres du groupe. Derhan s’occupait cependant de conduire les Lorrains déserteurs de l’armée allemande au-delà de la frontière vers la France…… »
Joseph Derhan fut arrêté par la Gestapo de Metz le 4 janvier 1944 et interné au Sonderlager, camp spécial de la Gestapo, dans le fort de Queuleu à Metz (Moselle annexée). Il succomba officiellement d’un arrêt cardiaque et d’une angine dans ce fort le 12 janvier 1944. En réalité, il succomba aux coups donnés par les Gestapistes. Déposé à la morgue du cimetière de l’Est à Metz, son corps put être rapatrié par la famille afin de l’inhumer au cimetière de Mondelange.
Entre le 15 décembre 1943 et le 24 mai 1944, quarante-quatre membres du « Parti de Gaulle » furent arrêtés, internés à Metz puis en Allemagne et jugés à Bayreuth par le Volksgericht de Berlin du 7 au 10 novembre 1944. Huit peines de mort furent notamment prononcées sans qu’elles aient pu être exécutées.
Voir Sonderlager de Metz-Queuleu (Moselle annexée)
Sources

SOURCES : Bundesarchiv Berlin, actes d’accusation de membres du groupe, 30 septembre 1944. — DAVCC, dossier statut. — Philippe Wilmouth, Grosshagendingen, Knutange, éd. Fensch-Vallée, 2005, p. 169. — Arch. familiales.

Philippe Wilmouth

Version imprimable