« Les murs de Villeurbanne parlent :
Les résistants fusillés 1940-1944. »

CONFERENCE-DEBAT
Vendredi 5 mai 2017 de 17h à 19h
Palais du travail –Place Lazare Goujon -Villeurbanne

Le passant, dans les rues de Villeurbanne, ne remarque pas toujours sur les murs, les plaques consacrées aux résistants victimes de l’occupant nazi.
Comme l’écrivait Louis Aragon dans La Rose et le Réséda, elles réunissent :
« Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas ».
Cela va du Chanoine Boursier, diffuseur des Cahiers du Témoignage chrétien, fusillé avec 120 prisonniers du fort de Montluc, au cordonnier FTP-MOI (Francs-Tireurs et Partisans – Main d’Œuvre Immigrée) Tita Coïs, un antifasciste italien réfugié en France, un de ces immigrés ralliés à la Résistance communiste que Goebbels dénonçait sur « l’Affiche rouge » collée sur les murs de France. Il fut abattu à l’hôpital.
Certaines de ces plaques sont menacées de disparition. Il a donc semblé opportun à l’association « Mémoire Rhône-Alpes », chargée de coordonner au plan régional les contributions des auteurs du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, de recueillir cette mémoire murale à l’usage des nouvelles générations.
Le nombre de témoins vivants de la Résistance ne cesse en effet de diminuer. Cette tâche semble d’autant plus urgente que « le fond de l’air est brun », de par le monde.
Les photos de ces plaques seront présentées et commentées le 5 mai 2017, de 17 à 19 heures, dans la salle de conférences du palais du Travail, par Claude Pennetier, directeur du Maitron et du dictionnaire des Fusillés 1940-1944, et Dominique Tantin, président de l’association « Pour un Maitron des fusillés et exécutés », sous l’égide du Comité de Villeurbanne de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance).
Conférence-débat ouverte à tous –Entrée gratuite -

Version imprimable de cet article Version imprimable