La commune de Bubry, où huit jeunes FTPF furent arrêtés, dont cinq ont été fusillés après condamnation à mort à Saint-Avé le 25 février 1944, et où furent abattus le 26 juillet 1944 six résistants, dont quatre femmes, fait partie de ces nombreux lieux d’exécutions et de mémoire qui jalonnent le département du Morbihan.

Dans le nouveau cimetière de Bubry
« À la mémoire des cinq martyrs de la résistance FTPF de Bubry »
La stèle de Keryacunff en Bubry
« À la mémoire des patriotes FTP massacrés par les Allemands le 26 juillet 1944 »
Sur le monument aux morts de Bubry
« 1939-1945
Guillemot Raymond, Le Mouël Joseph, Mahé Louis, Malardé Ferdinand, Robic Jean »
Lande de Malguérac et cimetière dans le bourg
Créé à Bubry (Morbihan) à l’automne 1942 sous l’impulsion de René JÉHANNO, membre du Front national de lutte pour l’indépendance de la France, le groupe Vaillant-Couturier des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) avait réussi une vingtaine de déraillements de convois allemands et avait attiré à partir de l’été 1943 les jeunes qui refusaient le Service du travail obligatoire (STO).
Le 10 décembre 1943, des gendarmes français arrêtèrent sur dénonciation huit jeunes résistants de Bubry appartenant au groupe Vaillant-Couturier qui s’étaient installés dans la lande de Malguénac : Joseph LE MOUËL, Jean MAHÉ, Ferdinand MALARDÉ, Jean ROBIC,Raymond GUILLEMOT, André LE MOUËL, chef du groupe, André LE GARREC et André COJAN. Livrés aux Allemands, ils furent conduits à la prison de Vannes (Morbihan). Au cours de la nuit du 12 au 13 décembre 1943, alors qu’il était ramené menotté à Bubry par les Allemands qui voulaient se faire indiquer par lui les domiciles de René JÉHANNO et d’Émile LE CARRER, membres du Comité militaire régional FTPF, André LE MOUËL parvint à prendre la fuite en sautant dans le chemin longeant le cimetière.
Ses camarades furent tous condamnés à mort le 17 février 1944 par le tribunal militaire allemand de Vannes (FK 750). Bénéficiant au dernier moment d’une commutation de peine, André COJEAN et André LE GARREC furent déportés. Joseph LE MOUËL, Jean MAHÉ, Ferdinand MALARDÉ, Jean ROBIC, Raymond GUILLEMOT et Joseph LE MOUËL furent fusillés le 25 février 1944 au Polygone de tir de Vannes, sur le territoire de la commune de Saint-Avé (Morbihan).

Les noms de ces cinq patriotes figurent sur la liste « 1939-1945 » du monument aux morts de Bubry.
Le 6 juin 1998, une stèle a été inaugurée dans le nouveau cimetière de Bubry pour honorer leur mémoire. Sur une pierre dressée, est scellée une plaque commémorative portant l’inscription :

« À la mémoire des cinq martyrs de la résistance FTPF de Bubry, membres du groupe Vaillant-Couturier, fusillés à Vannes par les nazis le 25 février 1944
- Raymond GUILLEMOT, 19 ans
- Jean ROBIC,19 ans
- Ferdinand MALARDÉ, 20 ans
- Jean MAHÉ, 23 ans
- Joseph LE MOUËL, 24 ans »

Les familles furent autorisées à ramener les dépouilles des cinq fusillés à Bubry, où elles furent inhumées le 22 janvier 1945.

Keryacunff
À l’aube du 26 juillet 1944 dans le village de Keryacunff, à la suite d’une dénonciation, des unités allemandes renforcées par des miliciens bretons dont plusieurs étaient originaires de Bubry, encerclèrent un groupe de résistants appartenant à l’état-major FTPF du Morbihan. Frédéric BOLAY, pseudo Armand, fut fait prisonnier et incarcéré à Pontivy. Émile LE CARRER, pseudo Max, et Georges MARCA, pseudo Marcel, réussirent à décrocher, mais furent arrêtés à Guern (Morbihan) le même jour et conduits à Locminé (Morbihan), où ils furent torturés. Six autres résistants dont quatre femmes qui, après avoir combattu avec acharnement n’étaient pas parvenus à se dégager, furent faits prisonniers et abattus sur place.

Leurs noms, prénoms, pseudos et leurs communes d’origine sont inscrits sur la stèle érigée en 1950 sur le lieu-même de leur exécution. En 1982, cette stèle a été déplacée de quelques centaines de mètres en bordure de la D 3, à sept kilomètres du bourg de Bubry en direction de Guémené-sur-Scorff (Morbihan).

« À la mémoire des patriotes FTP massacrés par les Allemands le 26 juillet 1944
- LE BORGNE Georges dit Serge, Keryado
- DOUAIRON Désiré dit Alphonse, Bubry (LE DOUAIRON sur le monument aux morts de Bubry)
- GOURLAY Marie, dite Dédée, Plouay
- ROBIC Anne, dite Nénette, Plouay
- MATHEL Anne dite Jeanne, Plouay
- KERVINIO Joséphine dite Martine, Guern »

Chaque année, le 26 juillet, une cérémonie commémorative se déroule au pied de cette stèle.
Depuis 1989, cet hommage est associé à la célébration de la « Journée de la Femme dans la Résistance ».
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 2 W 11308. — Ami entends-tu… Bulletin de liaison et d’information de l’ANACR, numéros 5 (janvier 1968), 22 (1er semestre 1973), 23 (2e semestre 1973) 55 (2e semestre 1983), 88 (1er trimestre 1994), 118 (3e trimestre 2001) et 144 (1er trimestre 2008). — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — Kristian Hamon, Le Bezen Perrot : 1944, des nationalistes bretons sou l’uniforme allemand, Yoran Embanner, 2005 et Agents du Reich en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2011. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Bubry, dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56, sans date.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable de cet article Version imprimable