La clinique Saint-Martin de Josselin, où sept patriotes ont été exécutés le 3 août 1944, fait partie des nombreux lieux d’exécutions et de mémoire qui jalonnent le département du Morbihan.

44, rue Saint-Jacques
Place Saint-Martin
« Fusillés de la clinique »
« Josselinais résistants »
Place de l’Appel du 18 juin
Le 3 août 1944, avant de se retirer de la ville de Josselin, les Allemands abattirent dans la cour de la clinique Saint-Martin située 44 rue Sain-Jacques, les sept prisonniers détenus dans cette clinique qui avait été réquisitionnée par les Allemands et transformée en centre d’interrogatoire de torture et de détention.

Après la guerre une plaque commémorative a été apposée sur le mur de la clinique Saint-Martin qui poprte l’inscription :
« Ici en juillet et août 1944 furent torturés par la Gestapo des Braves Résistants »
Place Saint-Martin, un monument constitué d’un obélisque de pierre a été érigé pour rendre hommage aux fusillés, morts au combat et victimes civiles de la 2e guerre mondiale à Josselin.

Sur la face-nord du monument est sculptée une Croix de Lorraine au-dessus de l’inscription :

« Hommage de Josselin aux fusillés 4 août 1944 (en réalité 3 août)
et à ses enfants résistants victimes des Allemands »<:br>
Sur la face-est sont inscrits les noms, les initiales des prénoms et les communes d’origine des six résistants et d’un parachutiste SAS abattus le 3 août1944 :

« Fusillés de la clinique
- CHARLOT G., Sérent (en réalité Gabriel CHARLO)
- LANTRAINS J., Sérent (en réalité Julien LANTRAIN )
- PROVINS R., Sérent (Raymond)
- GLOUX R., Malestroit (Raymond))
- LE CUILLIER A., Vannes (en réalité Alain LE CUILLER sur le monument aux morts de Vannes)
- LE LAY A., Lannion (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor)
- LE TOUZIC R., Billiers capt-chef Parachut. (René, caporal-chef parachutiste au 2e RCP) »

Sur la face-ouest du monument sont inscrits les noms et les initiales des prénoms de six résistants ou civils, ainsi que d’un parachutiste SAS :

« Josselinais résistants »
- BRIEND L. (Lucien, décédé le 26 juillet 1944)
- CHAUVEAU L. (Louis, exécuté le 10 juillet 1944 à Augan, Morbihan)
- CABELLEC A. (Alphonse, mortellement blessé le 19 juin 1944 au maquis de Saint-Marcel)
- GAUTIER J.B., (Jean-Baptiste, victime civile tuée le 12 février 1944 à Josselin)
- LE BERD G. (Georges, exécuté le 18 juillet à Moréac)
- TEXIER A. (Alphonse, déporté décédé le 15 décembre 1944 à Hambourg, Allemagne )
- DETROY J. de Paris sergt.-chef Parachut. (Jacques DETROY, sergent-chef parachutiste, « mort pour la France » le 5 août 1944 à Josselin) »

Place de l’Appel du 18 juin, une plaque a été apposée pour honorer la mémoire de Jacques Detroy :
« Souvenir au sergent parachutiste Jacques Detroy tué le 5 août 1944 »
Sources

SOURCES : Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Josselin ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56, sans date.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable de cet article Version imprimable