Le monument de Guerlogoden
La stèle en forme
de Croix de Lorraine
« En souvenir du combat
de Guerlogoden »
« Morts au combat
de Guerlogoden »
« Déportés - Fusillés
Front de Lorient »
Borne signalétique
« Passant souviens-toi »
Le monument de Perchénic
SOURCE : Photos Husson
Guerlogoden
Au début du mois de juillet 1944, le 3e Bataillon des Forces françaises de l’intérieur (FFI), placé sous les ordres du capitaine Roger Massardier, installa un camp au lieu-dit Kerlogoden en Kergrist (Morbihan), aux confins de la commune de Neuillac (Morbihan). Le 27 juillet en fin de matinée, ce camp fut attaqué par un important détachement de soldats allemands. Dès que l’alerte fut donnée, pour éviter l’encerclement et permettre aux maquisards de se replier, le capitaine Massardier engagea le combat avec quelques FFI armés de fusils mitrailleurs et retarda l’avance allemande par des tirs de barrage jusqu’à épuisement des munitions, avant de se replier à son tour.
Trois FFI, Pierre Bernier, Mathurin Guilloux et Antoine Le Mouillour, furent tués au combat. Un quatrième, Louis Cadoret fut fait prisonnier et emmené à l’école supérieure de filles de Pontivy (Morbihan), ainsi qu’André Le Clainche, arrêté au cours de l’après-midi alors qu’il se rendait de Saint-Gérand à Penhoët (Morbihan). Tous les deux furent affreusement torturés avant d’être ramenés le lendemain matin 28 juillet 1944 à Guerlogoden où ils ont été exécutés.

Après la guerre, un monument de pierre en forme de Croix de Lorraine a été érigé à proximité de l’endroit où s’est déroulé le combat de Guerlogoden, au lieu-dit Le Golut en Kergrist, sur le bord de la RD 91 entre Kergrist et Pontivy (Morbihan). Inauguré le 28 juillet 1946, ce monument rend hommage aux FFI tués au combat le 27 juillet 1944 ou exécutés le lendemain à Kergrist, et associe à leur mémoire celle des déportés, des fusillés et des morts au combat sur le front de Lorient.
Cette Croix de Lorraine porte l’inscription :

« La compagnie mobile du 3e Bataillon FFI en souvenir du combat de Guerlogoden
et de ses morts pour la France »

Trois plaques commémoratives sont scellées sur trois faces du piédestal du monument :

Face sud :
« À l’éternel esprit breton toujours prêt à défendre la France »

Face Ouest :
« Morts au combat de Guerlogoden 27 juillet 1944
- BERNIERPontivy
- CADORETSt. Gérand
- GUILLOUXPontivy
- LE MEILLOUR (en réalité LE MOUILLOUR) Bubry
- LE CLAINCHE St. Gérand »

Face est :
« Déportés
- GUILLO Adj. Gend. (Adjoint-Gendarmerie)
- QUILLIOU Pontivy

Fusillés (à Rennes le 8 juin 1944)
- COTTE Pontivy
- DACQUAY Malguénac
- EDMOND Melrand (pas encore identifié)

Front de Lorient
- DAGORNE Kervignac
- LE NINAN Neulliac
- RAULT Moustoir Remgol (Remungol)
- MADORE Kergrist
- NICOL Kergrist
- Cap. G. DE GEYER »

Sur un pupitre de pierre situé à droite du monument, un panneau signalétique fournit des informations, carte à l’appui :

« Partis de Golut où leur camp avait été installé au bord du ruisseau, les maquisards sous les ordres du capitaine Massardier, occupaient un cantonnement au lieu-dit Guerlogoden.
Le 27 juillet à 11 heures, sous les ordres du capitaine Holtz, 360 ennemis attaquent le camp et ses 80 maquisards.
Au cours de ce combat, l’ennemi laisse sur le terrain 18 morts et 32 blessés, pendant que nous perdons des nôtres.
Ce monument a été érigé à la mémoire de ces victimes ainsi qu’aux morts de l’unité sur le front de Lorient, en Indochine et en Algérie.
Passant, souviens-toi »

Chaque année, le dimanche le plus proche de la date du 27 juillet, la commune de Kergrist à laquelle se joignent les communes voisines de Neulliac, Pontivy et Saint-Gérand organise une cérémonie mémorielle devant le monument de Guerlogoden.

Perchénic
Le 3 août 1944 dans la soirée, la section des Forces françaises de l’intérieur (FFI) de Kergrist, rattachée à la 23e compagnie du 3e Bataillon FFI du Morbihan, installa un barrage formé d’arbres abattus en travers de la route au lieu-dit Les Quatre routes en Saint-Connec (Côtes d’Armor). Stoppée devant ce barrage, une automitrailleuse allemande ouvrit le feu. Au cours de cet accrochage, le FFI Louis Madoré fut tué d’une balle en pleine tête. Les combats se poursuivirent le lendemain 4 août 1944 au lieu-dit Kerbigo.

Le corps de Louis Madoré fut ramené le lendemain à Perchénic en Kergrist où un monument commémoratif a été élevé après la guerre, qui porte deux inscriptions :

« Ici est tombé pour la libération de la patrie Louis MADORÉmaquisard de la 23e compagnie FFI - Section de Kergrist ».
« Combats de Kerbigo et des Quatre routes le 4 août 1944 ».
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 2 W 11308, 41 J 45. — Le Télégramme, " Guerlogoden, c’était le 27 juillet 1944 ", 27 juillet 2009. — " Ils ont combattu pour la France " Ouest-France, 27 juillet 2016. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — Alfred Le berre, " Mémoire de la Résistance ", sur le site Internet de la commune de Neulliac, 1994. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Kergrist ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable de cet article Version imprimable