Né le 13 octobre 1917 à Saint-Martin-d’Uriage (Isère), exécuté sommairement le 12 juillet 1944 à Genas (Isère, Rhône) ; typographe ; résistant FFI dans l’Isère.

Gustave, Joseph Amiguet était le fils de Joseph et de Marie Neyton. Il demeurait à Saint-Martin-d’Uriage (Isère). Il était célibataire et exerçait la profession de typographe.
Gustave Amiguet s’engagea dans la Résistance. Le 23 ou 24 juin 1944, il fut arrêté à Grenoble (Isère) par les Allemands. Il fut transféré à Lyon (Rhône) et incarcéré à la prison de Montluc.
Le 12 juillet 1944, il fut extrait de Montluc avec vingt-et-un autres détenus. Les vingt-deux prisonniers furent conduits à Genas (Isère, Rhône) dans un camion escorté par deux voitures noires. Ils arrivèrent vers 19 heures au lieu-dit Bouvaret. Des soldats allemands les firent descendre du camion et tirèrent plusieurs rafales de mitraillettes, fauchant vingt hommes. Les deux derniers détenus tentèrent de s’enfuir en traversant une haie et furent également exécutés. Les Allemands abandonnèrent les cadavres sur place et repartirent en direction de Lyon. Les victimes furent inhumées au cimetière de Genas.
Le corps de Gustave Amiguet, auquel fut attribué le numéro 17, fut décrit comme suit : « Veste pied de poule blanc et marron, pull-over bleu, pantalon gris, deux paires de chaussettes marron et chaussures rouges semelle de cuir ». Aucune pièce d’identité ne fut trouvée sur lui. Le 3 novembre 1944, il fut identifié par sa sœur Germaine Amiguet à qui l’on restitua la chevalière de Gustave Amiguet.
Gustave Amiguet fut homologué FFI et obtint le titre d’interné résistant. Son nom est gravé sur le monument commémoratif situé chemin des Fusillés à Genas. Il apparaît également sur le monument aux morts et sur une plaque commémorative à Saint-Martin-d’Uriage et sur le mémorial du maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (Isère).

Voir la monographie du lieu d’exécution
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 3808W483, 3460W2, 3335W22, 3335W10. — SHD, Vincennes, inventaire sous-série 16P. — Mémorial Genweb.

Jean-Sébastien Chorin

Version imprimable de cet article Version imprimable