Dans cette ville industrielle de Moselle annexée, 10 civils furent assassinés par des SA dans le cadre de la mise en défense de Metz.

Victimes du massacre d’Hagondange, 4 et 5 septembre 1944.
Crédit photo : photo Viville, coll. Ascomémo-Hagondange
Le 4 septembre 1944, alors que Metz était déclarée par Hitler zone de guerre, les autorités allemandes parties trois jours auparavant et revenues la veille organisèrent l’évacuation de la rive gauche de la Moselle de Novéant à Rombas.
A Hagondange, à 10h, des SA venus de Sarrebruck commandés par le Standartführer Muller secondés des gendarmes allemands du capitaine Dietrich réunissaient les chefs de famille sur la place du Marché : « L’ennemi est à nos portes. Afin d’éviter toute effusion de sang, Hagondange doit être évacuée. Celui qui n’est pas parti dans deux heures sera fusillé… ».
Dans une grande désorganisation et une immense panique mêlée de désillusion de ne pas voir arriver les Américains dont des patrouilles avaient été aperçues dans la région, les habitants « choisirent » contraints et forcés soit de traverser l’Orne ou la Moselle, soit de s’enfermer dans Metz assiégée, soit de se cacher dans les bois ou usines alentours, soit de rester à la maison en espérant la venue rapide des Américains, soit furent embarqués vers la Thuringe (Allemagne).
A 16h, les ponts sur l’Orne et la Moselle sautèrent. Les maisons et bois furent ratissés par les SA. Au hasard, les SA, souvent ivres après avoir pillé les caves, tuèrent 10 civils à qui on reprochait d’être là alors qu’ils n’auraient pas dû s’y trouver. Etonnamment, la plupart des victimes étaient originaires des pays de l’Europe de l’Est.
Leurs corps furent relevés après le 7 septembre 1944 alors que la 7ème DBUS investissait la ville. Le docteur Gaston Viville constata alors que la plupart des victimes avaient le poignet tranché. Pour l’un de ces crimes, trois SA furent jugés en octobre 1947.
Liste des victimes :
ADE Joseph
BURANDT Ersnest
HUBER Henri
KOZIOL Joseph
OUDRACKA Joseph
PISAREK Wladislas
STELZKOWSKI Nicolaï
Deux Polonais non identifiés, rue de Metz face à la gendarmerie et à Talange (à l’époque Hagendingen-süd), sur une placette au carrefour de la route Nationale.
Une Ukrainienne, Ostarbeiterin, non identifiée, rue Wilson.
Vers les biographies des victimes
Sources

SOURCES : état-civil et fiches domiciliaires Hagondange. — Philippe Wilmouth, L’évacuation du 4 septembre 1944, Maizières-lès-Metz, imp. Koehl, 1997. — Le Républicain Lorrain, 8 novembre 1947.

Philippe Wilmouth

Version imprimable de cet article Version imprimable