Au cours de la bataille intra-muros de Metz en Moselle annexée, 8 FFI furent tués par les Allemands.

25 novembre 1944, enterrement des FFI messins,
Crédit : coll. Ascomémo-Hagondange
Les FFI morts en action lors de la Libération de Metz (montage)
Crédit : coll. Ascomemo-Hagondange
Après un long siège qui débuta le 8 septembre 1944 et le franchissement de la Moselle au nord le 8 novembre, les troupes américaines de la 5ème DIUS et de la 95ème DIUS pénétrèrent dans Metz le 19 novembre et s’engagèrent dans le nettoyage de la ville de garnison où des ilots de résistance de troupes allemandes se cristallisèrent dans le secteur du quartier de la préfecture et de la caserne Riberpray.
Des FFI, pour la plupart anciens militaires de réserve, organisés depuis le 15 juillet 1944 autour d’Alfred Krieger, appelé alors commandant Gregor, chef départemental nommé par Gilbert Grandval responsable de la Région C et constitués en neuf brigades se mirent à la disposition des Américains pour les orienter dans la ville et participer aux combats qui durèrent trois jours. Huit d’entre eux furent tués du 19 au 21 novembre 1944.
Le 25 novembre 1944, les FFI tombés pendant la libération de Metz furent solennellement enterrés au cimetière de l’Est. Le 22 novembre 1945, des plaques « Ici est tombé… » furent inaugurées aux endroits où ils furent tués.
- BREMM Armand
- BUCHLER Alvisse,
- GEORGE Adrien,
- HOERSEN Jean,
- KOERBER Raymond,
- KREICHER Antoine,
- LEININGER Gustave
- WOJTECKI Alfred.
Vers les biographies des victimes
Sources

SOURCES : René Caboz, La Bataille de Metz, Sarreguemines, éd. Pierron, 1984. — Anthony Kemp, Lorraine Album-mémorial, Metz, éd. Heimdal-Serpenoise, 1998. — Pierre Denis, La libération de Metz, Metz, éd. Serpenoise, 1994

Philippe Wilmouth

Version imprimable de cet article Version imprimable