Kerdinam et la Chapelle du Cloître en Quistinic, où une vingtaine de patriotes ont été abattus au cours du mois d’avril 1944 et le 24 juillet 1944, font partie des nombreux lieux d’exécutions et de mémoire qui jalonnent le territoire du Morbihan.

Le « Trou des martyrs » dans le bois de Kerdinam
La Chapelle du Cloître
à Quistinic
« Le 24 juillet 1944,
14 patriotes furent assassinés par les nazis »
Le monument
de Kerdinam
« 1944
Quistinic à ses martyrs »
Les 24 patriotes identifiés,
abattus à la Chapelle du Cloître
Trois inconnus
Plaque apposée sur un mur
du cimetière de Quistinic
« Hommage aux trois inconnus »
Sur le monument aux morts de Quitinic
« Victimes des Allemands »
Le 7 février 1944, des agents du SD (Service de sûreté et de renseignements de la Gestapo) et des miliciens bretons appartenant au Bezen Perrot, procédèrent à l’arrestation de trente-sept habitants des communes de Baud, Bubry, Camors et Quistinic (Morbihan), qui furent interrogés dans l’école de Baud, puis transférés à Rennes (Ille-et-Vilaine). Douze d’entre eux furent déportés en Allemagne. Quatre sont morts en déportation.
Le 13 avril 1944, dans le secteur des communes de Naizin et Pluméliau (Morbihan) des résistants appartenant aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et à l’Armée secrète livrèrent le premier véritable combat contre des troupes d’occupation dans le Morbihan. Le lendemain 14 avril, les FTP de Naizin entreprirent de déménager leurs armes, munitions et explosifs dans le village de Locmaria en Quistinic.
Le 15 avril 1944, deux soldats allemands placés en poste d’observation dans un mirador élevé dans le bois de Loge-Picot en Quistinic furent tués par des FTPF. Au cours des jours suivants, les Allemands se livrèrent à de terribles représailles sur le territoire de cette commune.
Le 17 avril 1944, le cantonnier Joseph PERRON, fut arrêté à Kergroix en Quistinic (Morbihan), torturé, puis emmené au fort de Penthièvre où il est décédé le 28 avril des suites des sévices subis sous la torture.
Le 18 avril 1944, Marcel LE TEUFF, âgé de 20 ans, fut abattu par une rafale de mitraillette dans la prairie de Ty-Parez, alors qu’il tentait de s’échapper du bourg encerclé par les Allemands.
Le 22 avril 1944, une cinquantaine d’habitants de Quistinic furent raflés. Les jeunes gens furent arrêtés à leur domicile ou au travail dans les champs et contraints d’aller travailler en Allemagne.

Kerdinam
Le 21 avril 1944, Louis-Marie RUYET, 22 ans, Émilien GAHINET, 21 ans et Henri GUILLO, furent arrêtés à Locmaria en Quistinic et conduits à Locminé (Mobihan) où ils furent affreusement torturés, avant d’être reconduits à Quistinic et contraints d’indiquer à leurs bourreaux une cache d’armes située dans le bois de Kerdinam. Ils furent ensuite exhibés dans le bourg hissés sur un camion, puis ramenés à la cache d’armes où ils furent abattus.
Arrêté également le 21 avril 1944, Raymond PÉRESSE fut emmené et torturé à Locminé où il est décédé le 22 avril.
La Chapelle du Cloître
En juillet 1944, alors que les combats opposant parachutistes SAS et unités françaises de l’intérieur et des Francs-tireurs et partisans français (FFI-FTPF) aux troupes d’occupation se multipliaient, les résistants installèrent une infirmerie clandestine à Quistinic, dans une chapelle située dans le bois de la Jacquelotte au-dessus du château de la Villeneuve-Jacquelot. Elle était dirigée par un jeune étudiant en médecine, Jean-Claude, [pseudonyme dans la Résistance : RASCASSE], et par une infirmière de Riantec (Morbihan), Fernande UZEL [pseudonyme dans la Résistance : ÉVELYNE].
Le 12 juillet 1944, Eliane TANGUY, jeune résistante originaire d’Argenteuil âgée de 18 ans réfugiée à Pont-Douar en Kernascléden (Morbihan), fut tuée accidentellement tout près de cette chapelle par un de ses camarades qui manipulait une arme.
Le 24 juillet, les Allemands encerclèrent et attaquèrent la chapelle, d’où les résistants blessés et sans armes tentèrent de s’échapper. Poursuivis par les Allemands, quatorze d’entre eux furent abattus en différents villages et lieux-dits de Quistinic, et les corps de huit d’entre eux furent retrouvés dans une fosse près de Kerdinam :
- Georges BARDOUX, 20 ans, originaire de Bois-Colombe, près du village du Roch ;
- Jean BELLEC, 32 ans, dans une prairie près de Locunehen ;
- Eugène DUBOIS, 19 ans, dans la Chapelle du Cloître ;
- Pierre-Marie GICQUEL, à Coëtprun ;
- René LE DROULOT (DROULOT sur le monument de Kerdinam), 32 ans, originaire de Verdun, près du village de Saint-Roch ;
- Jean GRAIGNIC, 19 ans, près de Kerdinam ;
- Yves LE CLOAREC (CLOIREC sur le monument de Kerdinam) 24 ans, près de Kerdinam ;
- Jean Marie LE DILY, (DILY sur le monument de Kerdinam), près de Kerdinam ;
- Paul LE DOUSSAL (DOUSSAL sur le monument de Kerdinam), 24 ans, près de Kerdinam ;
- Joachim LE DOUAIRON (DOUAIRON sur le monument de Kerdinam), 23 ans, près de Kerdinam ;
- Fernande UZEL, 30 ans, près de Kerdinam ;
et trois résistants connus par leurs seuls prénoms :
- PIERROT, 22 ans, près de Kerdinam ;
- JEAN-CLAUDE dit RASCASSE, 24 ou 25 ans, originaire de Haute-Savoie, à La Métaierie ;
- FERNANDO (républicain espagnol), 24 ou 25 ans, tué près de Kerdinam.

Une plaque commémorative, scellée sur une petite stèle de pierre a été inaugurée à l’entrée de la chapelle, qui porte l’inscription :

« Dans cette chapelle
Une infirmerie de la Résistance
était installée
Le 24 juillet 1944
14 patriotes furent massacrés
Par les nazis »
Kerdinam
Après la guerre, un monument a été érigé à Kerdinam en Quistinic tout près de la cache d’armes où avaient été abattus trois résistants le 21 avril 1944, avaient été jetés dans une cache d’armes.
C’est là aussi que la plupart des blessés qui tentèrent le 24 juillet 1944 de s’échapper de l’infirmerie de la Chapelle du Cloître ont été abattus.
Ce monument est constitué d’un obélisque de pierre sur lequel sont gravés en lettres d’or les noms de vingt-sept résistants exécutés par les Allemands ou morts en déportation :
« 1944 - Quistinic à ses martyrs
- RUYET Ls (Louis)
- GAHINET En (Émilien)
- GUILLO Hi (Henri)
- LE TEUFF Ml (Marcel),
- CARRER Ad (Armand CARRER ou LE CARRER, 20 ans, tué le 23 avril 1944 à Lanne Gléau)
- GUÉGAN Mn (Mathurin)
- MORVAN Jn (Jean, de Cranne, tué accidentellement le 29 juillet 1944 par une grenade allemande)
- TANGUY Jh (Joseph, mort en déportation)
- PERRON Jh (Joseph)
- PÉRESSE Rd (Raymond)
- RUYET Pe (Pierre, père de Louis RUYET, mort en déportation)
- ROGER Ml (Marcel, arrêté dans la région parisienne, mort en déportation)
- DROULOT Jn (Jean, ou LE DROULOT)
- DOUSSAL PL (Paul)
- DILY Jn (Jean, ou LE DILY))
- BELLEC Jn (Jean)
- DUBOIS Ee (Eugène)
- CLOIREC Ys (Yves, CLOIREC ou LE CLOAREC)
- GRAIGNIC Jn (Jean)
- DOUAIRON Jm (Jean Marie, ou LE DOUAIRON)
- GICQUEL Pe (Pierre)
- BARDOUX Gs (Georges)
- TANGUY Ee (Éliane, tuée accidentellement à la Chapelle du Cloître le 12 juillet 1944)
- UZEL Fe (Fernande)
Inconnus
- PIERROT
- JEAN-CLAUDE
- FERNANDO »

Le cimetière
Dans le cimetière de Quistinic, une plaque a été apposée sur le mur intérieur pour honorer la mémoire des trois inconnus abattus le 24 juillet 1944 à La Chapelle du Cloître :

« Hommage aux 3 inconnus
morts pour la France
le 24 juillet 1944 Quistinic
Fernando, républicain espagnol
Jacob, dit Pierrot
Jean-Claude dit Rascasse »

Le monument aux morts
Au pied du monument aux morts érigé dans le bourg de Quistinic, a été scellée une plaque portant l’inscription :

« Victimes des Allemands
- CARRER Armand à Coët-Organ
- GAHINET Émilien au Bourg
- GUILLO Henri à Bellevue
- GUÉGAN Mathurin à Locmaria (47 ans, tué par une balle allemande le 1er mai 1944)
- LE TEUFF Marcel au Bourg
- PÉRESSE Raymond au Luidic
- PERRON Joseph à Kergroix
- ROGER Marcel au Bourg
- RUYET Louis au Bourg
- RUYET Pierre au Bourg
- TANGUY Joseph au Bourg »
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 41 J 9. — Ami entends-tu… Bulletin de liaison et d’information de l’ANACR, numéros 22 (1er semestre 1973), 89 (2e trimestre 1994), 127 (4e trimestre 2003), 137 (2e trimestre 2006), 149 (2e trimestre 2009), 151 (4e trimestre 2009) et 159 (2e trimestre 2013). — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. —" Lieux mémoriels en Morbihan-Quistinic ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56, sans date.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable de cet article Version imprimable