Né le 11 novembre 1918 à Quily (Morbihan), fusillé après condamnation à mort le 23 mai 1944 à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan) ; facteur ; résistant ; FFI.

Alexandre Caillot
SOURCE  : Joseph Jégo, 1939-1945
Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux
Le Nouvelliste du Morbihan, 17 juin 1944
Sur le monument des fusillés
du Fort Penthièvre
Sur le monument aux morts de Quily
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Alexandre Caillot était le fils de Joseph Marie Caillot, charron, décédé, et de Joséphine Marie Piquet, bouchère à Quily (Morbihan). Célibataire, il était domicilié à Quily où il exerçait la profession de facteur.

Alexandre Caillot était caporal-chef dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI). Dans la nuit du 8 au 9 mai 1944, son groupe FFI qui se rendait sur un lieu de parachutage proche de Quily (Morbihan) tomba dans une embuscade tendue à la suite d’une trahison. Tandis qu’Alphonse Jolivet était arrêté sur le champ, le caporal-chef Alexandre Caillot parvint à s’échapper avec son frère Gabriel Caillot et Henri Le Gal. Tous trois furent arrêtés le lendemain à leur domicile. Ils furent condamnés à mort pour détention d’armes et actes de franc-tireur par le tribunal spécial qui siégeait au Fort Penthièvre, commune de Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan).
Selon son acte de décès transcrit en mairie de Quily le 6 août 1944, Alexandre Caillot a été fusillé le 23 mai 1944 à 8 heures 40.
Sa condamnation à mort et son exécution ont fait l’objet d’un « Avis » publié dans Le Nouvelliste du Morbihan du 17 juin 1944 :
« AVIS
Après jugement des tribunaux de guerre allemands, les membres dont les noms suivent, appartenant à des groupements de résistance du département du Morbihan, ont été condamnés à mort pour détention d’armes interdites et actes de francs-tireurs :
1° Jolivet Alphonse, garçon-boucher à La Chapelle, né le 10-1-21, à La Chapelle ;
2° Le Gal Henri, ouvrier à La Chapelle, né le 7-5-18, à La Chapelle-Coudray ;
3° Caillot Gabriel, plâtrier à Quimperlé, né le 20-10-11, à Quily ;
4° Caillot Alexandre, facteur à Quily, né le 11-11-18, à Quily ;
5° Durox André, valet de ferme au Boissy, né le 5-1-24, au Boissy ;
6° Tréhin Jean, forestier à Locmaria en Landévant, né le 6-2-13, à Pluvigner ;
7° Gauthier Joseph, couvreur à Mohon, né le 19-7-14, à Bréhan-Loudéac ;
8° Hervé Pierre, valet de ferme à Mohon, né le 7-3-22, à Paris.
La condamnation a été exécutée par fusillade les 19 et 23 mai 1944 ».



Alexandre Caillot a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI.

Dans le Morbihan, les noms des frères Caillot sont inscrits sur le monument du Fort- Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon.
Ils figurent aussi sur le monument aux morts de Quily.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen AC 21 P 36 928. — SHD, Vincennes, RG 16 P 101043. — Arch. Dép. Morbihan, 2 W 11308, exécutés par les Allemands. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — Mémorial GenWeb — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Quily-Val d’Oust (acte de naissance et transcription de l’acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable