Né le 11 novembre 1918 à Quily (Morbihan), fusillé après condamnation à mort le 23 mai 1944 à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan) ; facteur ; résistant ; FFI.

Alexandre Caillot
SOURCE  : Joseph Jégo,
1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux
Le Nouvelliste du Morbihan, 17 juin 1944
Sur le monument des fusillés
du Fort-Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon
Sur le monument aux morts de Quily
SOURCE : Photos J-P. et J. Husson
Alexandre Caillot était le fils de Joseph Marie Caillot, charron, décédé, et de Joséphine Marie Piquet, bouchère à Quily (Morbihan). Célibataire, il était domicilié à Quily où il exerçait la profession de facteur.

Alexandre Caillot était caporal-chef dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI). Dans la nuit du 8 au 9 mai 1944, son groupe FFI qui se rendait sur un lieu de parachutage proche de Quily (Morbihan) tomba dans une embuscade tendue à la suite d’une trahison. Tandis qu’Alphonse Jolivet était arrêté sur le champ, le caporal-chef Alexandre Caillot parvint à s’échapper avec son frère Gabriel Caillot et Henri Le Gal. Tous trois furent arrêtés le lendemain à leur domicile. Ils furent condamnés à mort pour détention d’armes et actes de franc-tireur par le tribunal spécial qui siégeait au Fort Penthièvre, commune de Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan).
Selon son acte de décès transcrit en mairie de Quily le 6 août 1944, Alexandre Caillot a été fusillé le 23 mai 1944 à 8 heures 40.
Sa condamnation à mort et son exécution ont fait l’objet d’un « Avis » publié dans Le Nouvelliste du Morbihan du 17 juin 1944 :
« AVIS
Après jugement des tribunaux de guerre allemands, les membres dont les noms suivent, appartenant à des groupements de résistance du département du Morbihan, ont été condamnés à mort pour détention d’armes interdites et actes de francs-tireurs :
1° Jolivet Alphonse, garçon-boucher à La Chapelle, né le 10-1-21, à La Chapelle ;
2° Le Gal Henri, ouvrier à La Chapelle, né le 7-5-18, à La Chapelle-Coudray ;
3° Caillot Gabriel, plâtrier à Quimperlé, né le 20-10-11, à Quily ;
4° Caillot Alexandre, facteur à Quily, né le 11-11-18, à Quily ;
5° Durox André, valet de ferme au Boissy, né le 5-1-24, au Boissy ;
6° Tréhin Jean, forestier à Locmaria en Landévant, né le 6-2-13, à Pluvigner ;
7° Gauthier Joseph, couvreur à Mohon, né le 19-7-14, à Bréhan-Loudéac ;
8° Hervé Pierre, valet de ferme à Mohon, né le 7-3-22, à Paris.
La condamnation a été exécutée par fusillade les 19 et 23 mai 1944 ».



Alexandre Caillot a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI.

Dans le Morbihan, les noms des frères Caillot sont inscrits sur le monument du Fort- Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon.
Ils figurent aussi sur le monument aux morts de Quily.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen AC 21 P 36 928. — SHD, Vincennes, RG 16 P 101043. — Arch. Dép. Morbihan, 2 W 11308, exécutés par les Allemands. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — Mémorial GenWeb — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Quily-Val d’Oust (acte de naissance et transcription de l’acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable