Le réseau Navarre du Nord-Est de la Mayenne, regroupant les groupes de résistance de Bais, Champgénéteux, Trans, Hambers, Izé, Saint-Martin-de-Connée, Gesvres et Sant-Pierre-des-Nids, participa activement à la Libération sous le commandement du docteur Janvier avec l’aide de deux agents du SOE, Lise et Claude de Bessac, en multipliant à partir de juin 1944, les sabotages, parachutages d’armes et attaques de convois ennemis dans le secteur.

Le 4 août 1944, trois camions allemands furent notamment détruits sur la route d’Izé à Bais, ainsi que deux voitures d’officiers avec leurs occupants. Puis d’autres attaques se répétèrent en soirée.

Le lendemain, le 5 août 1944, les Allemands investirent dès 6 heures le hameau de la Gandaisière à Bais. Jean-Baptiste Vieillepeau, aveugle de naissance, eu juste le temps de s’écrier « Voilà les Boches ! », qu’il fut saisi dans son lit, trainé à l’extérieur et abattu sous les yeux de ses parents à l’entrée de la maison.

Comme les attaques de résistants se poursuivirent, deux officiers et trois soldats allemands furent à nouveau tués route d’Izé à Bais en début d’après-midi ; en représailles, les Allemands encerclèrent dans la nuit le village de l’Aubrière situé à 500 mètres de Bais.

Plusieurs réfugiés du Calvados y séjournèrent depuis quelques jours chez un cultivateur, Monsieur Vétillard. Découvert au cours de la perquisition, trois d’entre eux, Messieurs Guimond, Garnier et Deslandes furent désignés avec Messieurs Vétillard et Chancerel, propriétaire des lieux, comme otages et conduits dans un champ attenant.

Alignés, battus et fouillés, ils furent froidement abattus après qu’un d’entre eux, Monsieur Chancerel, ait été libéré. Recouvert seulement de quelques mottes de terre dans un champ à 300mètres de l’Aubrière, les corps de ces quatre civils ne furent retrouver que quatre jours plus tard.

Une stèle, route de Champgénéteux à Bais porte le nom des cinq otages.

La liste des victimes :
Deslandes Marcel
Gauthier Georges
Guimond René
Vétillard Albert
Vieillepeau Jean-Baptiste
Sources

SOURCES  : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001.

Michel Desrues, Magali Even

Version imprimable de cet article Version imprimable