Né le 4 décembre 1916 à Saint-Junien (Haute-Vienne), mort en action le 19 juillet 1944 à Oradour-sur-Vayres (Haute-Vienne) ; résistant FFI.

Henri Bouby était célibataire.
Le 18 juillet 1944, les maquisards de la 2402ème compagnie FTPF, informés du passage d’un convoi ferroviaire allemand en direction d’Angoulême, firent sauter la voie ferrée à Puymoreau, commune d’Oradour-sur-Vayres ce qui entraina le déraillement d’un premier train ; un second sommairement « blindé » réussit à s’approcher d’Oradour. Les soldats allemands se replièrent à Oradour-sur-Vayres poursuivis par les maquisards. Les combats durèrent l’après-midi du 18 juillet et la matinée du 19 juillet. Ils reprirent l’après-midi du 19 avec l’intervention des compagnies FTPF basées à Pressac et à Gaboureau ainsi que la compagnie AS de la forêt de Boubon. Malgré l’arrivée de renforts les Allemands évacuèrent Oradour-sur-Vayres en camion et prirent la direction de Limoges.
Dans les rangs de la résistance, on dénombra 7 tués, Henri Bouby fut tué par un éclat de mortier au cours de l’attaque du château d’Oradour-sur-Vayres. Six autres résistants André Carreau, André Lachaise, Émile Mériot, André Quillard et deux inconnus périrent également. Louis Verger grièvement blessé décéda à l’hôpital de Clairvivre, commune de Salagnac (Corrèze).
Henri Bouby obtint la mention mort pour la France. Une stèle commémore son souvenir rue du 8 Mai à Oradour-sur-Vayres. Son nom figure à Saint-Junien sur une stèle commémorative dans le square des Héros et Martyrs de la résistance et de la déportation 1939-1945. il figure aussi sur le monument commémoratif de la Résistance dans le jardin d’Orsay à Limoges.
Sources

SOURCES : SHD GR 16 P 76305. — SHD AVCC Caen AC 21 P 28127. — ADIRP 87. — Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

Bernard Pommaret, Dominique Tantin, Michel Thébault

Version imprimable