Lors de l’avance des troupes alliées, les Allemands évacuèrent la ville de Mayenne, sévèrement bombardée, en direction de Biais. Stabilisant le front à 3 km de Mayenne, notamment aux abords de la commune d’Aron, l’arrière-garde allemande livrèrent, du 5 au 13 août 1944, d’incessants combats contre les forces américaines.

Trente et une personnes, domiciliées ou réfugiées à Aron, décèdèrent au cours de cette sanglante semaine parmi lesquelles dix-huit victimes de bombardements et treize de la barbarie nazie.

Le martyre d’Aron débuta le 5 août 1944, à la ferme du Chêne des Croix, route d’Aron à Grazay, où les Allemands mirent le feu à la suite d’une altercation avec le propriétaire, Monsieur Boudesseul. Quelques personnes de bonne volonté accoururent aussitôt pour éteindre l’incendie. La route fut alors sillonnées de convois, et soudain, alertés par ce qu’ils croyaient être une fusillade, les occupants d’un tank s’arrêtèrent à la hauteur de la ferme et sans motif, ni explication, se saisirent de l’abbé Allaire, de Messieurs Raimbault père et fils et de Messieurs Vannier et Macerot. Alignés le long d’un fossé, ils furent tous les cinq fusillés.

Le 6 août 1944, délivrée le matin par les Américains, la commune d’Aron fut reprise le soir par les Allemands qui s’acharnèrent contre le bourg et ses habitants : Marie-Anne Lorgerie fut tuée d’une balle en pleine tête sur le seuil d’une maison amie où elle s’était reposée quelques instants à la sortie de la messe.

Dès le lendemain, lundi 7 août 1944, les Allemands abattirent quatre autres civils.

Joseph Gautier fut arrêté en sortant de sa ferme et abattu non loin alors qu’il allait surveille la cuisson de son pain dans un four voisin.

Marcel renault et son camarade Jean Leray, partis acheter du pain au bourg d’Aron, furent arrêtés et emmenés en direction du Mans, fusillés le lendemain à Sainte-Sabine-sur-Longevé dans la Sarthe.

Puis, le 8 août 1944, la colère de l’Allemand s’abattit de nouveau à Aron sur Emmanuel Martin, cheminot et père de famille, qui se rendait sur la commune par la route de Lassay. Fusillé d’une balle derrière la tête, il fut recouvert de terre, de sorte que son corps ne sera retrouvé que treize jours plus tard.

Les Allemands firent une dernière victime, le 9 août 1944 sur la route de Lassay : Monsieur Jean-Marie Penven lâchement abattu sur la dépouille de son gendre Mosnieur Verron, secrétaire de la mairie d’Aron, tué trois jours plus tôt au cours des bombardements.

Aron, commune rurale la plus sinistrée du département, reçut le 28 novembre 1948 la croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.

Liste des victimes :
Joseph Allaire
Joseph Daguer
Joseph Gautier
Jean Leray
Marie-Anne Lorgerie
François Macerot
Emmanuel Martin
Robert Morice
Jean-Marie Penven
Maxime Raimbault
Henri Raimbault
Marcel Renault
Eugène Vannier
Sources

SOURCES  : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001.

Michel Desrues, Magali Even

Version imprimable de cet article Version imprimable