Le 10 août, cinq maquisards de l’Armée secrète (AS) furent tués au combat par les Allemands lors d’un accrochage au lieu-dit La Brousse, sur le territoire de la commune de Droux (Haute-Vienne).

Stèle commémorative à la mémoire des cinq résistants abattus le 10 août 1944
Crédit : MémorialGenWeb
Du 8 au 10 août 1944, des accrochages opposèrent les Allemands de la colonne Ottenbacher chargée de traquer les "bandes de partisans" aux résistants du maquis « Toulon » de l’Armée secrète, formation placée sous le commandement du lieutenant Buteux, alias Cambrai.
Le 10 août, au cours de missions de reconnaissance et de récupération d’armes, plusieurs maquisards tombèrent dans des embuscades tendues par les Allemands en repli.
Une traction avant avec cinq maquisards commandés par Edmond Meslet (alias lieutenant Lacoste) remontait après La Brousse sur la 151 bis (aujourd’hui la RN 145), à environ deux kilomètres de la Croix-du-Curé en direction de Bellac. Vers 18 heures, ils furent surpris par une patrouille allemande qui les mitrailla. Il n’y eut aucun survivant.
Le lendemain, les cinq corps furent emmenés à la morgue de Bellac.
Le même jour, Raymond Jollivet (ou Jolivet) fut tué dans des circonstances analogues, sur la même route, au lieu-dit Le Beauvert, sur la commune de Dompierre-les-Églises. Une stèle y commémore son sacrifice.
Les cinq noms sont inscrits sur un monument dont l’histoire fut rappelée le 10 août 2015 lors de la cérémonie annuelle par Jean-Claude Fauvet, l’un des vice-présidents de l’ANACR 87 : « À partir de 1945, se dressait une stèle tricolore en forme de losange surmontant la carcasse d’une traction avant. Tous les ans, les élus de Droux accompagnés de quelques habitants venaient se recueillir. Deux simples et humbles bouquets de fleurs étaient déposés. Vers 1980, le comité nord Haute-Vienne de l’ANACR prend l’initiative de faire ériger ce monument ». Et la journaliste du Populaire du Centre Anne-Marie Muia de préciser que « Le 1er juillet 1984, il est inauguré par Marcel Rigout, alors ministre représentant le gouvernement et Robert Chambeiron, collaborateur de Jean Moulin, en présence des familles des maquisards, de nombreux représentants civils et militaires… »
Les noms des cinq maquisards sont également inscrits sur la stèle de la Croix-des-Martyrs avec ceux des victimes de la Milice le 8 juillet 1944, sur le Mémorial de la Résistance à Droux, et sur les Monuments commémoratifs de Limoges et de Magnac-Laval (Haute-Vienne).


GIRAUDON Alfred, 46 ans
LAUVRAY Gilbert, 21 ans
MESLET Edmond, 32 ans (Lieutenant Lacoste)
PÉROT Robert, André, Vincent, 19 ans
SAUNIER Robert, 32 ans
Du 3 au 10 août, dans le nord de la Haute-Vienne, ce sont au total près de 60 victimes qui sont imputables aux hommes de la colonne Ottenbacher renforcée de détachements SS.
Sources

SOURCES : Notes de Bernard Pommaret et Jean-Marie Gabaud. — MémorialGenWeb. — article d’Anne-Marie Muia dans Le Populaire du Centre, 11 août 2015. — François Adeline, Haute-Vienne La guerre secrète 1940-1944, Hors-série édité par Le Populaire du Centre, décembre 2006.

Bernard Pommaret, Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable