Dans la semaine précédant la libération de Château-Gontier, une douzaine de résistants de Montigné, Ménil, Saint-Sulpice et Bazouges furent arrêtés par les allemands à la suite de leur participation à divers parachutages et transports d’armes dans le Sud-Mayenne.

Adolphe Bouvet, chef du groupe de Saint-Sulpice, appréhendé le 31 juillet 1944 à son domicile fut interné le jour même à Laval. Puis 14 autres personnes furent raflées les jours suivants et emmenées par les autorités allemandes au collège universitaire public de Château-Gonthier où fut établie une antenne de la sécurité allemande d’Angers.

Enfermés dans une salle exiguë, dépourvue de ses meubles et de tout matériel de couchage, tous furent successivement conduits dans une classe de l’école maternelle seulement par coups de bâtons et de barres de fer ainsi que le supplice du courant électrique que leur infligèrent les bourreaux. Pendant ce temps, une vingtaine de SS jouèrent au ping-pong ou au piano de manière à couvrir les cris des victimes.

Le 5 août, les SS décidèrent de partir et 7 prisonniers furent relâchés. Les autres, très affaiblis, durent charger des camions durant une partie de la nuit. Vers 2 heures du matin, le 6 août, ils furent rassemblés dans la cour de l’école maternelle. Une fosse les attendit entre deux tilleuls. Des cris, des coups de feu, puis le silence…

Le lendemain, après l’arrivée des américains, les corps des sept victimes suivantes furent exhumés : Jean-Baptiste Landelle, Charles Talvat, Louis Talvat, André Jégou, Léon Alliot, Michel Bélier et Henri Goldstern.

Abattu quelques jours avant ses camarades, la dépouille de Marcel Saulais ne fut découverte que le 15 septembre 1945 dans une tranchée du collège, ce qui porta à 8 le nombre des martyre de Château-Gonthier.

Le 6 août 19475, un monument fut érigé sur le lieu du massacre, à proximité de la fosse dans la cour de l’ex-école maternelle de Château-Gonthier puis il fut tranféré le 5 octobre 1965 dans l’actuelle rue des Martyrs où se déroule annuellement une cérémonie commémorative aux alentours du 6 août. Une stèle en souvenir des martyrs de la résistance de Saint-Sulpice fut inaugurée en 1946 dans le cimetière de la commune.
Sources

SOURCES  : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001.

Version imprimable de cet article Version imprimable