Né le 1er avril 1912 à Selongey (Côte-d’Or), exécuté sommairement le 10 juin 1944 à Villiers-le-Duc (Côte-d’Or) ; facteur ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Marcel Chevolot était le fils d’Auguste Marcel, vigneron et Félicie Louise Gérard, sans profession. Il était célibataire et exerçait la profession de facteur des postes à Belan-sur-Ource (Côte-d’Or).
Il entra dans la Résistance au maquis de Châtillon-sur-Seine et fut nommé sergent. Dès l’annonce du débarquement allié le 6 juin 1944, la mobilisation des maquis de la région fut décrétée. De nombreux maquisards se regroupèrent dans la forêt de Châtillon au lieu-dit de la "Grande Réserve". Il y eut rapidement 450 hommes rassemblés. Le 9 juin, les responsables départementaux et régionaux des FFI, visitèrent le maquis et donnèrent l’ordre de rester sur place. Une telle concentration fut vite repérée par l’ennemi. Dès le lendemain à l’aube, plus de 2.000 soldats de la Wehrmacht et plusieurs centaines de russes de “l’Armée Vlassov” cernèrent le maquis et passèrent à l’attaque. Les maquisards tinrent jusqu’à 10 heures et la décision fut enfin prise de se disperser. Marcel Chevolot fut capturé ainsi que 7 autres maquisards dans la forêt de Châtillon après un engagement avec un détachement allemand et fusillé le 10 juin 1944 au lieudit Le Petit Barlot, à Villiers-le-Duc (Côte-d’Or).
Il est inhumé au cimetière communal, à Selongey.
Il obtint la mention "Mort pour la France" le 15 février 1946 et fut homologué avec le grade de sergent des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) .
Son nom figure sur les monuments aux morts de Belan-sur-Ource et Selongey, sur le monument de la Résistance et sur la stèle commémorative de la Résistance, à Villiers-le-Duc (Côte-d’Or).
Sources

SOURCES : AVCC 21 P 44590.— Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome IV, Dijon 1997.— Mémorial GenWeb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable de cet article Version imprimable