Dans cette commune de la Dordogne, un détachement de la division Brehmer massacra cinq membres d’une même famille

Du 26 mars au 2 avril 1944, la division Brehmer traversa la Dordogne, traquant les maquisards et massacrant de nombreux civils. Agissant souvent sur dénonciations, aidées par les informations collectées par les forces de l’ordre de Vichy et les mouvements collaborationnistes, les Allemands disposaient de renseignements leur permettant de mener des actions ciblées.
Dans la commune de Saint-Crépin-de-Richemont, au lieu-dit Canteix, ils obligèrent l’instituteur, Georges Trouladou, à les conduire au domicile de la famille Roby, dont le fils Camille était réfractaire au STO.
Les cinq membres de la famille présents furent abattus et leurs corps furent brûlés dans l’incendie de la ferme. Il s’agissait du père, Justin Roby, de son épouse, Joanna née Bélard, de leurs fils Maxime et Camille, et du grand-père Jean Bélard. Deux autres enfants, alors à l’école, échappèrent à la tuerie.
Une stèle fut élevée à leur mémoire.
Sources

SOURCES : Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, La traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, pp. 169-170, 402. — Paul Mons, La folie meurtrière de la division Brehmer, mars-avril 1944, Dordogne-Corrèze, Haute-Vienne, Brive-la-Gaillarde, Éditions Les Monédières, 2016, p. 56. — Saint-Crépin-de-Richemont sur wikipedia (photo de la stèle)

Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable