Né le 8 mai 1923 à Volvic (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par des soldats allemands le 1er mars 1944 à Lespinasse commune de Pulverières (Puy-de-Dôme) ; résistant FFI.

Jean Francisque Lesme était fils de Jean Lesme et de Jeanne Langlais.
Le 1er mars 1944, la Gestapo de Clermont-Ferrand et des soldats de la Luftwaffe d’Aulnat arrivèrent au hameau de Lespinasse, par la voie ferrée en raison de la grande quantité de neige. Suite à une dénonciation de la Milice, ils étaient persuadés de trouver ici, à l’orée d’une forêt dans cette maison bûcheronne, un grand nombre de résistants
En effet, le hameau de Lespinasse était le premier maquis d’Auvergne depuis le printemps 1943, une base secrète de la Résistance en Auvergne et le lieu où les chefs de la Résistance, dont Émile Coulaudon, se réunissaient pour programmer leurs actions. Ils ne trouvèrent que trois jeunes réfractaires au STO coupables de ne pas avoir voulu quitter leur sol natal.Très vite le PC fut investi et après quelques coups de feu Jean Lesme fut tué .Les conditions de sa mort sont mal définies mais dans un rapport du Maire il fut noté que son corps était criblé de balles. Georges Marchadier et Guy Penide furent arrêtés et interrogés sur le champ .
Les habitants du village payèrent le prix fort de leur aide aux résistants, les Allemands entreprirent des perquisitions et un pillage systématique dans le village (5 foyers) : quelques armes et munitions furent trouvés et trois paysans furent arrêtés (Marius et Paul Chaput, Antonin Paquet). Les soldats allemands mirent le feu et le village entier fut détruit.
Un rapport de la police allemande du 3 mars fait état « Lors d ‘une opération contre le PC.des MUR.à Lespinasse, Puy-de-Dôme, un membre du groupe terroriste fut tué…. ». Heureusement, informés la veille, des réfractaires et les dirigeants avaient quitté les lieux et s’étaient réfugiés à Volvic et c’est précisément à Volvic que la colonne allemande se dirigea et fit un véritable massacre parmi la population
Sous l’impulsion d’une association « Souvenir d’Espinasse » le site a été remis en état et rendu accessible au public : la maison bûcheronne a été restaurée, un monument commémoratif notant les 5 victimes du village ( 1 fusillé, 4 morts en déportation) et une stèle à la mémoire de Milano ont été édifiés.
Un cérémonie annuelle du Souvenir est organisée sur ce lieu emblématique de la Résistance,
Le nom de Lesme est aussi inscrit sur le Monument aux Morts de Volvic (Puy-de-Dôme). Il a été reconnu -Mort pour la France- et homologué FFI.
Sources

SOURCES : Archives dép Puy-de-Dôme : 908W20 - 908 W65. — Gazette spécial du maquis « Le Mur d’Auvergne ». — Gilles Levy, Francis Cordet , A nous l’Auvergne Presses de la Cité 1981 . — Quotidiens La Montagne du 13 juin 2015 et du 1er juin 20170 et L’Éveil de la Haute-Loire du 1er juin 2017. — MemorialGenweb.

Huguette Juniet

Version imprimable de cet article Version imprimable