Né le 19 juin 1925, mort au combat le 15 mai 1944 près de Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) ; maquisard FTP.

Pierre Guillot faisait partie de la vingtaine d’hommes du maquis FTP Bourgogne qui avait obéi à l’ordre de déplacement du maquis ordonné par l’état-major FTP de l’Yonne au début mai 1944 et était venue s’installer dans les bois du Chalonge (ou bois de Chapitre), sur la commune de Dixmont, sur le plateau à l’est de Villeneuve-sur-Yonne. Henri Mittay, chef du maquis au caractère bien trempé, avait refusé d’obéir et était parti dans l’Aube avec quelques proches. Les hommes attendaient leur transfert vers le sud du département, l’état-major FTP ayant estimé que leur sécurité n’était plus garantie dans cette partie de la forêt d’Othe. Georges Pinet (« Jeannot »), commissaire technique régional des FTP, présent au maquis, était chargé de l’opération de transfert.
Le matin du 15 mai 1944, « Jeannot » partit avec trois maquisards, Pierre Guillot, Jean Delaporte et Raymond Baudoin, armés de revolvers, pour réquisitionner un camion sur la route nationale 6. Voyant arriver une grosse voiture à gazogène conduite par un Français, ils l’arrêtèrent sous la menace de leurs armes. La voiture transportait des soldats allemands qui ouvrirent immédiatement le feu sur les quatre maquisards. Le témoignage de Ferruccio Ricco propose une autre version des faits : les maquisards auraient été dénoncés par un cafetier qui les avait entendu parler de leurs projets et en aurait immédiatement prévenu les Allemands. Pierre Guillot fut tué sur le coup. Raymond Baudoin fut grièvement blessé et fait prisonnier ainsi que Jean Delaporte et « Jeannot ». Le maquis fut attaqué dans l’après-midi et André Dussault fut tué au cours de cette attaque. Jean Delaporte et Georges Pinet furent transférés à la prison de Sens puis à celle d’Auxerre et fusillés le 1er juillet 1944 sur le territoire de la commune de Venoy (Yonne).
Le nom de Pierre Guillot n’apparaît que sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre.
Sources

SOURCES : Témoignages oraux de Constantino Simo (1997), Adrien Frassetto (2002), Robert Loffroy (1997). — Témoignage écrit de Ferrucio Ricco (Le chemin des fontaines, manuscrit inédit). Renseignements communiqués par Jean-Louis Paquet. — CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Joël Drogland, notices sur le maquis Bourgogne et sur l’attaque du maquis). Robert Loffroy, Mémoire d’un résistant et militant communiste de l’Yonne, Éd. ARORY, 2014. Joël Drogland, Histoire de la Résistance sénonaise, Éd. ARORY, 2e édition, 1998. — Mémorial GenWeb.

Joël Drogland

Version imprimable de cet article Version imprimable