Né le 9 novembre 1922 à Paris (XVe arr.), mort sous la torture le 25 juillet 1944 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; résistant FFI.

Fils de Marcel, Raoul Lamourdedieu, et de Georgette Schrambach,Yves Lamourdedieu s’était marié à Saint- Pourçain-sur-Sioule (Allier) avec Emilienne, Marie, Siret ; le couple avait un enfant et résidait à Issoire (Puy-de-Dôme).
Engagé dans la résistance, il faisait partie du groupe « La trentaine d’Issoire » ; il était chef de sizaine.
Le 2 juillet 1944,Yves Lamourdedieu, échappé du maquis Mont-Mouchet avec une quarantaine de résistants FFI, s’était retranché dans la zone refuge du Petit-Parry, hameau situé près de la commune de La Roche-Charles- la- Meyrand à environ 25 kilomètres au sud-ouest dans la montagne issoirienne (Puy-de-Dôme), pour y passer la nuit.
Une colonne allemande motorisée, venant de Condat (Cantal), dirigée par Jesser surprit le détachement FFI . Alertés à temps, le hameau fut évacué par les FFI, , mais une dizaine de volontaires restèrent en arrière-garde pour surveiller les troupes allemandes et protéger la retraite de leurs camarades. Ils étaient sous les ordres d’Yves Lamourdedieu. Encerclés et pris sous le feu de l’ennemi, ils essayèrent de se replier, mais trois furent exécutés : Paul Dallant, originaire de Roanne dans la Loire ,Campbell Herbert, aviateur américain évadé, connu sous le nom de Criss le canadien et Claude Marret originaire d’Issoire et trois furent faits prisonnier dont Yves Lamourdedieu.
Grièvement blessé, il fut conduit à la prison militaire du 92e RI quartier d’Assas à Clermont-Ferrand, sous la garde de policiers allemands pour interrogatoire.
Selon le témoignage du chef des FFI d’Auvergne -Gaspard : « Fait prisonnier, il endura pendant presque un mois les pires des souffrances : il s’est tu devant les tortures jusqu’à la mort »
Son corps fut trouvé après la libération, dans une fosse macabre du terrain d’aviation dans les charniers dits d’Aulnat » en bout de piste de l’AIA.
Yves Lamourdedieu a été reconnu « Mort pour la France » et homologué FFI. Il a été également honoré par une Citation à l’Ordre de la Nation avec attribution de la médaille militaire
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts 1939-45 à Issoire, sur le monument commémoratif du Petit-Parry, commune de La Roche-Charles- la- Meyrand, sur la stèle commémorative placée dans la cour d’honneur de l’ Atelier Industriel de l’Aéronautique AIA à Clermont-Ferrand, et sur la plaque commémorative 1939-1945 du lycée Vaugelas à Chambéry (Savoie).
Une rue d’Issoire porte son nom.
Sources

SOURCES  : Arch. Dép. Puy-de-Dôme : 908 W 135 . — Gilles Levy-Françis Cordet, À nous l’Auvergne, Presses de la Cité,1981, et en complément Livre guide des Maquis et Hauts lieux de la Résistance en Auvergne . — « Journal anniversaire des M.U.R.S d’Auvergne », 1948 . — Articles « commémorations » du quotidien La Montagne 11 juillet 2015. — MémorialGenWeb.

Huguette Juniet

Version imprimable de cet article Version imprimable