Né le 17 mars 1908 à Thiers (Puy-de-Dôme), mort en action le 25 août 1944 à Thiers ; négociant ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Plaque du marché couvert de Thiers
cliché de Christiane Guèleraud
Fils de Jean Anet Ossedat et de Marguerite Cornet, tous deux décédés, André Ossedat était négociant, domicilié à Thiers (Puy-de-Dôme), rue Nationale. Il était marié à Eugénie Mure.
Il fut tué vers 17h, avenue Pierre Guérin, lors des combats, pour la libération de la ville de Thiers, entre les FFI et les soldats allemands du 18e bataillon de grenadiers SS de la Panzer division Wessel. Déclaration de décès de Maurice Allonneau, directeur des Pompes funèbres de Thiers, le 26 août. Reconnu « Mort pour la France », homologué FFI.
Une plaque a son nom existe à Thiers et son nom figure sur le Monument aux Morts de la ville.


Libération de la ville de Thiers (Puy-de-Dôme) 25 août 1944
Sources

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— AVCC, AC 21 P 104172. Dossier André Ossédat (non consulté) .— n°209 du registre des décès de Thiers. — Le Bulletin du Cercle d’Études 2e guerre mondiale, de Thiers- n° 12 d’octobre 2004 .— Mémorialgenweb.

Michel Gorand

Version imprimable