Né le 29 mai1917 à Thizy (Yonne), exécuté à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 1944 ; officier au Groupe Mobile de Réserve d’Auvergne (GMR)

Fils d’Alfred Courtat et de Berthe Moret, Martial Courtat se maria le 6 décembre 1941
à Clermont-Ferrand ; le couple qui avait un enfant demeurait dans cette ville rue de Boissejour.
Il décida d’abandonner son groupement pour rejoindre un maquis de proximité, le maquis de Saint-Genès Champespe. Aussi, fut-il révoqué pour abandon de poste.
Martial Courtat fut arrêté le 13 juin 1944 dans le Cantal, en même temps que Jean Gauffre qui fut fusillé deux jours plus tard au Bois de Lachat à Pérignat-sur-Allier (Puy-de-Dôme).
La dépouille de Martial Courtat fut identifié dans« les charniers d’Aulnat », au bout de la piste de l’AIA, le 14 septembre 1944 et décrit comme : « Corps quasi squelettique et nu ».
Il fut reconnu - Mort pour la France- et homologué Interné Résistant IR et FFI.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Thizy (Yonne), sur le monument aux morts du Mont-Dore (Puy de Dôme), sur le monument aux Fusillés et Déportés d’Auxerre (Yonne) et sur la stèle commémorative de l’aérodrome d’Aulnat située dans la cour d’honneur de l’AIA.
Sources

SOURCES : Arch. dép. Puy-de-Dôme, 908 W 89 :Service de recherches des crimes de guerre, 221 W 169, 902 W376 - MémorialGenWeb

Huguette Juniet

Version imprimable de cet article Version imprimable