Né le 22 octobre 1914 à Bassussarry (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort au combat le 25 août 1944 à Blain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; FFL-SAS.

Victor Iturria
SOURCE  : Site FFL-SAS
Sur le mémorial SAS de Plumelec
SOURCE : Photos Husson
Mémorial international des SAS à Sennecey
SOURCE : Site 22sas12.over-blog.com
Victor Iturria était le fils de Pedro-Maria Iturria et de Jeanne Lérété, agriculteurs à Bassussary (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques). Il était le dixième enfant d’une fratrie de douze frères et sœurs. Domicilié à Sare (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), il exerça le métier de tailleur de pierre et fut champion régional de pelote basque.

Il participa à la campagne de mai-juin 1940 au sein du 4e Régiment de dragons portés et reçut une citation pour avoir mis hors de combat, seul, sept chars allemands lors des combats du 23 mai 1940 dans le secteur de Souchez (Pas-de-Calais). Blessé lors de cette action, il fut évacué le 31 mai 1940 depuis Dunkerque sur un bateau-hôpital vers la Grande-Bretagne. Guéri, il s’engagea dans les Forces françaises libres (FFL) en août 1940 et il fut recruté dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL) sous le matricule 31 667. Affecté à la 1ère Compagnie d’infanterie de l’Air (CIA), renommée 1ère Compagnie parachutiste, puis 1ère Compagnie de chasseurs parachutistes, Victor Iturria fut breveté à Ringway en mars 1941 et reçut une formation de commando à Exbury. En juillet 1941, il fut transféré au Liban et participa aux opérations du Moyen-Orient d’abord en Égypte à Kabrit sur les bords du canal de Suez, puis en Libye et en Tunisie. Rappelé en Angleterre et promu adjudant il servit comme instructeur à Camberley et intégra le 2e Régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP) ou 4e SAS (Special Air Service) du commandant Bourgoin. La mission des SAS était, dans le cadre de l’opération Overlord, de renforcer et d’encadrer les maquis bretons, afin de retarder l’intervention sur le front de Normandie des troupes allemandes stationnées en Bretagne.

Le 4 août 1944, Victor Iturria fut parachuté avec trois autres SAS et quatre Jeep à Malachappe en Pluvigner (Morbihan). Leur mission était de préparer et de protéger une zone de parachutage destinée à recevoir des renforts. Il participa ensuite aux combats de Lorient et de Quiberon, où il fit avec sa section une centaine de prisonniers, avant de passer en Loire-Inférieure (Loire-Atlantique). Le 25 août 1944, alors qu’il venait de rendre visite à un camarade blessé à l’hôpital de Redon (Morbihan), il fut pris dans une embuscade tendue par des soldats allemands en forêt du Gâvre à Blain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), et fut tué sur le coup en même temps que son camarade Marc Maigret.
Victor Iturria obtint la mention « Mort pour la France ».
Compagnon de la Libération par décret du 29 décembre 1944, il fut élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur et reçut de nombreuses décorations, dont la Croix de guerre 1939-1945 avec palme, la Médaille coloniale avec agrafe Libye, la Médaille militaire, la Military Cross et la Médaille de la Résistance avec rosette.

En Loire-Atlantique, une stèle qui se dresse sur le bord de la RN 164 à Blain, honore la mémoire de Victor Iturria.
Dans le Morbihan, le nom de Victor Iturria est inscrit sur le mémorial des parachutistes SAS de la France Libre érigé près du moulin de la Grée à Plumelec.
En Saône-et-Loire, il figure sur le mémorial international des SAS à Sennecey-le-Grand.
Dans les Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques) il est gravé sur le monument aux morts de Sare, commune où il a été inhumé et où une stèle en sa mémoire a été inaugurée en 1947 sur le fronton de pelote basque.
Sources

SOURCES : SHD, Caen, AC21P 55 810. — SHD, Vincennes, GR16P 302 627. — Site Internet de l’Ordre de la Libération. Site Internet Les Français libres. — Site Internet FFL-SAS (photo). — État civil, Bassussary (acte de naissance).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable