Deux maquisards de la brigade RAC de l’Armée secrète (AS) et trois civils furent abattus par les Allemands au cours d’un combat livré dans cette commune du département de la Charente le 24 août 1944.

Stèle commémorative
Crédit : — Site La Résistance française. Blog
Plaque de la stèle
Crédit : — Site La Résistance française. Blog
Après avoir participé à la libération de Périgueux (Dordogne), la Brigade RAC (du pseudonyme de son chef, Rodolphe Cézard – 1916-1984- résistant de l’Armée secrète de Dordogne-Nord), poursuivant le combat en Charente, s’intégra dans le dispositif d’investissement d’Angoulême par les maquis AS et FTP qui avaient désormais l’initiative après l’ordre de repli général des forces allemandes du sud-ouest donné le 19 août.
Le 24 août 1944, elle livra deux combats au sud du chef-lieu de la Charente, à Mouthiers-sur-Boëme et à Fouquebrune.
Dans cette commune, d’où ils perçoivent l’écho du combat de Mouthiers-sur-Boëme livré par leurs camarades, les hommes de la 3e section Sudreau de la 5e compagnie de la Brigade RAC mirent en place un barrage sur la route nationale 674 Angoulême-Montmoreau à l’étang Gènevreau, au carrefour avec la route départementale Fouquebrune-Mouthiers-Châteauneuf.
En début d’après-midi, ils furent pris sous le feu d’un détachement allemand arrivé par la RN 74 sur un camion chargé de munitions accompagné de quatre autres véhicules. Les Allemands, informés par des habitants de la présence des maquisards au carrefour, avaient pris position dans les fermes de la Tricherie, Maison Neuve et des Grands-Prés.
La riposte des maquisards, qui reçurent, au nord, le soutien de la 2e section, groupe Carlaing venant de Chez Naulet, obligea les Allemands, pris en tenaille, après une tentative de manœuvre vers l’Humme, à se retrancher dans la ferme de la Tricherie et chez Bittoux après avoir incendié une ferme, tué les animaux et incendié aussi la maison de monsieur Ferrand aux Grands-Prés. Ils le tuèrent ainsi que son fils lorsque ces derniers essayèrent de se réfugier à l’étang Gènevreau auprès des maquisards, puis un autre civil, Jean Gaillard, domicilié dans la commune voisine de Voeuil-et-Giget.
Le combat se poursuivit à la nuit tombée. Les Allemands se regroupèrent chez Bittoux, expulsèrent la famille, puis firent sauter le camion de munitions immobilisé, pour enfin se replier en milieu de nuit. Les maquisards, qui avaient tenu tête aux Allemands, déploraient la mort de deux hommes et trois blessés.
Un monument commémoratif fut érigé au lieu-dit l’Etang-Gènevreau sur la commune de Fouquebrune en bordure de la D674 sur lequel sont gravés les noms des trois civils et des deux FFI. Chaque année, une cérémonie se déroule en alternance à Fouquebrune, Mouthiers-sur-Boëme, et Torsac.


Liste des victimes
Résistants
FERMIGIER Georges
JULIEN Jean
Civils
FERRAND Raymond
FERRAND Roger
GAILLARD Jean
Sources

SOURCES : Guy Hontarrède, La Charente dans la Seconde Guerre mondiale, Dictionnaire historique, Saintes, Le Croît vif, 2004, p. 107-108. — CD-Rom La Résistance en Charente, AERI, 2005. — MémorialGenWeb. — Site La Résistance française. Blog

Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable