Née le 20 juillet 1917 à Basville (Creuse), massacrée le 9 juin 1944 à La Villeneuve (Creuse) ; cultivatrice ; victime civile.

Georgette Allochon était la fille de Léon Allochon, cultivateur et de Marie Cherbouquet. En 1944, âgée de 26 ans, célibataire, elle vivait et travaillait avec ses parents sur une exploitation agricole à Chaninas, à la sortie de la commune de Villetelle en direction d’Aubusson auprès de la route nationale Clermont-Ferrand – Limoges.
Le soir du 7 juin 1944, après le départ des Feldgendarmes stationnés à l’Hôtel de France d’Aubusson, un groupe de résistants rejoint par la plupart des gendarmes et policiers d’Aubusson se saisit du contrôle de la ville. Le 8 juin vers 9 h. un premier convoi allemand arriva par la nationale Clermont -Limoges, il fut repoussé. Vers midi, une seconde colonne allemande plus importante se présenta à l’entrée d’Aubusson. Un violent combat s’engagea qui dura près de trois heures, mais la supériorité militaire allemande (en nombre et en armements) vint à bout de la résistance des Aubussonnais. Le combat fit sept victimes, l’un des prisonniers fut emmené le soir même par le détachement allemand qui reprit la route de Clermont-Ferrand et fut exécuté dans la nuit du 8 au 9 juin, vers 3 heures du matin sur la commune de Condat-en-Combrailles (Puy-de-Dôme). Le lendemain 9 juin 1944 un nouveau convoi militaire allemand venant à nouveau de la direction de Clermont-Ferrand entra en ville pour en assurer le contrôle définitif prenant momentanément des otages et menaçant la ville de représailles. Sur sa route, peu après son entrée en Creuse, au matin du 9 juin, le convoi fut stoppé un moment au lieu-dit Chaninas, sur la commune de La Villeneuve par un abattis de gros arbres destiné à ralentir voire stopper la progression de l’unité allemande. Selon Marc Parrotin (op. cit), les soldats s’approchèrent alors de la ferme la plus proche, occupée par la famille Allochon et tuèrent trois personnes en représailles. Gilberte Allochon fut tuée en même temps que sa mère et que son frère Victor. Elle fut inhumée avec les deux autres victimes de sa famille dans une tombe commune dans la commune proche de Basville, sa commune natale.
Elle obtint la mention Morte pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de La Villeneuve et sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret (Creuse).
Sources

SOURCES : Marc Parrotin Le temps du Maquis, Histoire de la Résistance en Creuse Ed. Verso 1984 et Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Mémorial genweb — État civil (mairie de La Villeneuve, registre des décès 1944, acte n°4).

Michel Thébault

Version imprimable