D’après le site de Michèle Picard, « le jour même de la libération de Vénissieux, [des] combattants des Groupes Francs tombaient devant la porte B Usine Marius Berliet, fusillés par les troupes allemandes qui y stationnaient. Ils s’appelaient Pierre Gayelen, Félix Gojoly, Louis Moulin, Jean Navarro, Louis Troccaz. Et puis n’oublions pas non plus Marguerite Carlet, qui siègera au comité local de Libération, elle en était la seule femme ».Retour ligne automatique
Selon un article du Progrès de Lyon, « le 24 août, les [résistants vénissians] attaquent les Allemands à l’Arsenal qu’ils constituent prisonniers. Un autre groupe emmené par le boxeur Aurélio Gomez lance une attaque contre les Allemands devant l’usine Berliet. Cinq patriotes Louis Trocaz, Pierre Joseph Gayelen, Félix Gojoly, Louis Moulin et Jean Navarro y laissent leur vie ».
Une plaque commémorative fut apposée sur les lieux :
« À nos chers camarades
morts pour la libération
de Vénissieux
TROCAZ Louis (45 ans)
GAYELEN Pierre-Joseph (30 ans)
GOJOLI Félix (40 ans)
MOULIN Louis (22 ans)
NAVARRO Jean (22 ans)
le 24 août 1944
et
Fermignier Marcel (24 ans)
Le 2 septembre 1944 ».
Sources

Frédéric Stévenot

Version imprimable de cet article Version imprimable