Exhumation des corps
Stèle des fusillés au Jardin du Luxembourg
Le 26 août 1944, sur les indications de plusieurs témoins, des fouilles sont entreprises dans le jardin du Luxembourg (6e arrondissement). Une fosse commune est bientôt découverte sur la terrasse centrale coté nord-ouest du jardin et sept cadavres sont exhumés. Tous ont été fusillés, après avoir été contraints de creuser leur tombe. Certains portent les stigmates d’actes de torture : ongles arrachés, yeux crevés. Ils sont rapidement identifiés :
Henri Bessot, 20 ans, FFI, membre de la Défense passive
Jean Dugarreau, 34 ans, gardien de la paix
Louis Gallon, 23 ans, FFI
Marcel Hutin, 21 ans, FFI
André Monnier, 35 ans, gardien de la paix
Arthur Pothier, 41 ans, gardien de la paix
Jean Robeaux, 40 ans, FFI du Ve arrondissement
Les trois policiers étaient employés au garage central de la préfecture de police, 64 boulevard de l’Hopital (XIIIe arrondissement). Le 19 août en milieu de journée, lorsque leurs collègues de l’île de la Cité, assiégés et à court de munitions, avaient lancé un appel à l’aide, ils avaient chargé un véhicule de service de caisses de cartouches et s’étaient mis en route pour les rejoindre mais ils avaient été interceptés à hauteur du pont d’Austerlitz. D’abord conduits aux magasins généraux allemands, 43 quai de la Gare, ils avaient ensuite été transférés au Sénat, l’un des principaux bastions de la Wehrmacht rive gauche. Ils y avaient été exécutés dans la soirée ou le lendemain matin selon les sources, en compagnie de quatre FFI capturés aux abords du Sénat après le déclenchement de l’insurrection parisienne le 18 août.
Une dalle commémorative est inaugurée en septembre 1946 à l’emplacement de la fosse commune, à l’initiative de l’Assemblée nationale constituante.
Sources

SOURCES : www.senat.fr. — La Voix de la Résistance, n° 266, septembre 2012. — http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/la-prise-du-senat.

Jean-Pierre Ravery

Version imprimable