Né le 7 décembre 1909 à Saint-Cyr-la-Rivière (Seine-et-Oise, Essonne), massacré le 24 août 1944 à Condac (Charente) ; mécanicien ; victime civile.

André Agnès était le fils d’Étienne Abel Agnès et d’Angèle née Lalièvre. Il avait épousé Odette Andrée Rolland.
Domicilié dans la commune voisine de Ruffec (Charente), 44 rue Nationale, André Agnès, qui travaillait dans les bois de Condac, fut tué en voulant regagner son domicile lors du combat opposant un détachement de maquisards aux troupes allemandes.
Selon un témoin, Jacques Rodde, « M. Agnès André, de Ruffec, qui travaillait dans les bois de M. d’Hemery, arrive à Condac. Les habitants lui conseillent de s’arrêter du fait des combats en cours. M. Agnès refuse de les entendre en disant qu’il n’est ni maquisard, ni combattant. Il est reparti sur son vélo, sa musette sur le dos. C’était aller vers une mort certaine."
André Agnès obtint la mention Mort pour la France et fut homologué résistant FFI. Son nom est inscrit sur le monument commémoratif à Condac et sur la plaque commémorative 1939-1945 à Ruffec.


Voir Condac (24 août 1944)
Sources

SOURCES : SHD-AVCC Caen, AC 21 P 2551 (à consulter). — MémorialGenWeb. — Témoignage de Jacques Rodde in Site Internet sur Ruffec-Condac

Dominique Tantin

Version imprimable de cet article Version imprimable