Né le 4 janvier 1930 à Langrolay-sur-Rance (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; tué le 7 août 1944 par un tir d’obus à Langrolay-sur-Rance ; étudiant ; civil.

Fils d’Émile Lebret et de Marie Raffray, demeurait à La Bénâtais en Langrolay-sur-Rance.
Dans les jours qui précédèrent la Libération du département des Côtes-du-Nord du 1er au 18 août 1944, les troupes allemandes cherchèrent à se mettre en sécurité dans les grandes bases navales qu’elles occupaient à Brest (Finistère) et à Lorient (Morbihan). Subissant le harcèlement de la Résistance, elles se livrèrent à des crimes commis sans objectif militaire, tuant de paisibles gens au travail dont le seul tort fut d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Ce fut durant cette période que près de 50% des 700 victimes recensées dans le département furent abattues, massacrées.
Le 7 août 1944, des chars américains arrivèrent à La Bénâtais en Langrolay-sur-Rance. Les habitants fêtèrent leurs libérateurs se regroupant autour d’eux.
Les Allemands positionnés sur la rive gauche de la Rance tirèrent un obus, ce provoqua la mort de six Français et deux soldats américains.
Louis Lebret fut tué.
Six autres personnes furent tuées René Couny, Jean Jégu, Louis Jégu, Jacqueline Jégu, Jean Tangiuy et Angélique Lefeuvre.
Louis Lebret avait 14 ans, son nom figure sur La Plaque du calvaire de La Benâtais en Langrolay-sur-Rance.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

Alain Prigent, Serge Tilly

Version imprimable