Né le 22 février 1903 à Paris (XIVe arr.), exécuté le 25 août 1943 à Cologne (Allemagne) ; agent technique, conducteur de travaux à la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE) à Paris ; résistant gaulliste.

Marié, père d’un enfant, Raymond Cousin était le fils d’un employé et d’une giletière.
Agent technique à la CPDE, il fut arrêté sur son lieu de travail le 10 février 1942. Son bureau comme son domicile furent perquisitionnés. Membre du service de renseignement de l’Armée des Volontaires, ce catholique non pratiquant était considéré comme gaulliste. En plus d’avoir fourni des informations aux Alliés, il fut accusé d’avoir distribué des journaux clandestins, fabriqué des fausses pièces d’identités et saboté du matériel.
Interné en région parisienne pendant plusieurs mois, il fut déporté en Allemagne le 9 octobre 1942 en vertu du décret « Nacht und Nebel » pour y être jugé. Successivement emprisonné à Trèves, Rheinbach et Cologne, condamné à mort, il fut guillotiné le 25 août 1943 à 17h15 à Cologne où il est inhumé. Avec lui furent exécutés Charles Dommergue, André Lalanne-Picard, Philippe Bonny, Marcel Lepape, Raymond Deiss et Maxime Belleville.
Le Conseil central des œuvres sociales (CCOS) donna son nom au challenge de tennis organisé à partir de 1949.
Sources

SOURCES : René Gaudy, Les porteurs d’énergie, Temps Actuels, 1982. — Afin que nul n’oublie..., CCAS, 1980, 32 p. — État civil.

Alexandre Courban

Version imprimable de cet article Version imprimable