Ne le 26 septembre 1890 à Ambly-sur-Meuse (Meuse), exécuté sommairement le 8 juin 1944 à Pont-de-Vaux (Ain) ; docteur vétérinaire ; résistant.

Adrien Thierry était le fils d’Adrien, capitaine au 1er bataillon de chasseurs à pied, à Verdun et d’Éléonore Dumont, sans profession. Il était célibataire et fit l’École vétérinaire de Lyon en1920. Il exerçait le métier de docteur vétérinaire à Pont-de-Vaux.
Le 8 juin 1944 dans la matinée, un groupe de résistants de l’armée secrète de Pont-de-Vaux, dressa une barricade au pont des Cordeliers. Dans l’après-midi un détachement de soldats aIlemands arriva par la route de Replonges afin de se déployer au delà de la Reyssouze, affluent gauche de la Saône tirant sur tout ce qui se trouvait à portée de leurs armes. Deux habitants de Pont-de-Vaux furent abattus dans leur jardin. Un des résistants Auguste Rigaud fut tué sur la barricade.
Après avoir investi la ville, le détachement allemand arrêta suite à une dénonciation le vétérinaire Adrien Thierry et le médecin Gilbert Voldoire. Accusés d’apporter leur soutien aux résistants locaux, ils furent tous deux fusillés immédiatement à une centaine de mètres du pont des Cordeliers.
Il fut décoré à titre posthume de la Médaille militaire, de la Croix de Guerre et de la Médaille de la Résistance.
Il obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) [SHD Vincennes GR 16 P 568417].
Son nom figure sur la stèle commémorative située près du pont des Cordeliers, à Pont-de-Vaux (Ain).
Une avenue et une école de Pont-de-Vaux portent son nom.
Sources

SOURCES : Le souvenir du 8 juin 1944 toujours présent, publié par Michel Raymond le 11 juin 2017.— "Le Journal de Saône-et-Loire" du 15 juin 2012 La journée funeste du 8 juin dans les mémoires.— Nombreux articles dans le "Journal de Saône-et-Loire".— Mémorial Genweb.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable