Né le 12 mars 1921 à Fégréac (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), exécuté le 6 octobre 1943 ; postier ; militant trotskiste ; résistant.

Robert Cruau
Fils de Louis, facteur des postes, et de Louise, sans profession, Robert Cruau était postier à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), d’abord aux chèques postaux puis à la Recette principale de Nantes. Il adhéra à la fédération postale de la CGT et participa aux Auberges de jeunesse. Dans ce cadre, il fit la connaissance de militants du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) de Couëron et de partisans de la IVe Internationale.
Il était membre du comité régional de Bretagne du Parti ouvrier international (POI) au début de la guerre. Il assurait les liaisons avec Brest et Paris. Grâce à une ronéo apportée par des militants parisiens il put sortir le journal clandestin Front ouvrier, organe clandestin des ouvriers de la région nantaise. En mars 1943, Robert Cruau, pour des raisons de sécurité et pour échapper au STO, quitta Nantes pour Quimper puis Brest (Finistère), avec deux militants de Rezé, les frères Georges et Henri Berthomé, qui se firent embaucher dans les chantiers de construction du mur de l’Atlantique situés au-dessus de la base sous-marine de Brest. Cette situation permit au groupe de transmettre à Londres des renseignements topographiques et à la Royal Air Force de bombarder, en juin 1943, la base sous-marine rendue inopérante pendant deux mois.
Il parvint à organiser à Brest, en mars 1943, des cellules de soldats allemands trotskistes (vingt-sept membres selon André Calvès) et à diffuser en langue allemande, en juillet 1943, le journal Arbeiter und Soldat rédigé par des trotskistes allemands clandestins et édité à Paris par le POI et l’édition locale ronéotée à Brest. Arrêté sur dénonciation le 6 octobre 1943, il mourut sous la torture ou fut exécuté lors d’une tentative d’évasion. Les jeunes soldats allemands recrutés par Cruau auraient eux aussi été arrêtés et exécutés. Le groupe trotskiste de Brest fut démantelé ainsi que celui de la région parisienne. Robert Cruau a été inhumé dans le carré des fusillés au cimetière de la Chauvinière à Nantes.
Sources

SOURCES : Publications trotskistes. – Site Internet de Éric Thouzeau. – État civil.

Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable