Né le 9 mars 1921 à Branda (État du Manitoba, Canada), exécuté le 9 aout 1944 au camp d’aviation de Tours (Indre-et-Loire) à Saint-Symphorien ; lieutenant de la Royal Air Force

James Clement, Canadien anglophobe, était le fils de Charles Wesley Clement et de Alice Anna Mac Vicar. Engagé dans la Royal Air Force, le lieutenant Clement participa au bombardement de la gare de Saint-Pierre-des-Corps près de Tours mais son avion bombardier fut abattu dans la nuit du 11 au 12 juin 1944. Il réussit à rejoindre la ferme de la famille résistante Bodineau qui hébergeait des agents chargés d’émissions vers Londres.
Le 24 juillet 1944, la police allemande arrêta la famille Bodineau et ses deux hôtes, James Clement et un officier français Maxime Piette chargé d’émissions vers Londres.
Incarcérés dans la prison rue Henri-Martin, Roger Bodineau, James Clement, ses camarades et d’autres prisonniers en furent extrait le 9 août et conduits au camp d’aviation de Parçay-Meslay. Après leur exécution par balles, les 26 corps furent sommairement enfouis dans des trous de bombes.
C’est fin août que leurs corps furent découverts, sans papiers d’identité, puis inhumés au cimetière de Saint-Symphorien après des obsèques officielles.
En l’absence d’un acte de décès, le tribunal civil de Tours le reconnut par un jugement déclaratif de décès le 25 février 1947,transcription en date du 20 mars 1947 avec l’écriture James, Mac, Vicar Clément alors que Mac Vicar est le nom de sa mère.
Dans le cimetière Saint-Symphorien à Tours (partie nord) un monument a été édifié "À la mémoire des 26 victimes de la barbarie allemande fusillées au camp d’aviation de Saint-Symphorien - le 9 août 1944. Son nom est également gravé sur le monument Aux martyrs de la résistance d’Indre-et-Loire, érigé à l’entrée de la base aérienne 705
Sources

SOURCES : Documents fournis par Hélène Biéret . — . — AERI Indre-et-Loire, Jack Vivier, « La famille Bodineau » . — État civil, acte de décès de Tours.

Annie Pennetier

Version imprimable